Comment travailler l'image de soi ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Anne Cazaubon a participé à un stage de développement personnel autour de l'image de soi. Elle raconte ce qu'elle y a appris.

Anne, vous rentrez tout juste d’un stage de développement personnel autour de l’image de soi.

Ça devenait urgent. Oui, ça faisait un moment, qu’au fond de moi, je ne me sentais plus tout à fait en accord avec les vêtements que je mettais. Comme si l’intérieur avait bougé, et qu’il fallait, alors, que l'extérieur suive le pas. C’est ça aussi qui se passe, lorsque je chemine en développement personnel. Je peux réaliser qu’il y a quelques mois, quelques années, j’aurais réagi totalement différemment à une situation, mais qu’aujourd’hui, je suis plus dans la compassion, dans l’accueil de ce qui est. Pour les relations, c’est pareil. Si je choisis de changer mes pensées, de parler de manière plus positive, de m’entourer de gens plus conscients, je vais peut-être me rendre compte que cette amie qui passe sa vie à se plaindre et à patauger dans ses problèmes, ne me tire que vers le bas. Peut-être que je vais me rendre compte que je m’épuise à tenter de l’aider à changer alors qu’elle, au fond, ne le veut pas. Eh bien pour les vêtements, figurez-vous que c’est pareil !

Vous vous êtes certainement déjà retrouvés face à votre garde-robe avec le fameux syndrome du "j’ai rien à me mettre", dépitée, devant cette armoire pleine à craquer ! Et peut-être que là aussi, vous ne vous sentez plus tout à fait en accord avec les motifs que vous avez portés pendant des années, ou les matières, qui étaient à la mode à ce moment-là ! Oui, à un moment donné ou un autre, on s’est toutes et tous laissés embarquer par un phénomène de mode en portant un legging fluo ou un manteau léopard.

C’est donc à peu près dans cet état-là que je me suis rendue au stage de développement personnel "Révélez votre beauté" animé par Séverine Bouchardon ce week-end. Et ce qu’il y a de bien dans ce genre de stage, pour la citadine que je suis, c’est que la plupart du temps, ces retraites ont lieu dans de magnifiques endroits. Là nous étions au Domaine des Fougères, à Mirmande, dans la Drôme, au milieu des cyprès et des pivoines en fleurs. Bref, l’occasion, le temps d’un week-end, de se reconnecter à la terre aussi, de laisser de côté le quotidien pour plonger en soi, de déguster une cuisine succulente et consciente, et révéler, que dis-je, "sublimer" la Femme avec un grand F qui somnolait en chacune des participantes.

Qu’est-ce que vous avez appris ?

Eh bien, d’abord, à découvrir nos couleurs justes. Séverine Bouchardon était donc venue avec des nuanciers de tissus, et c’est en s’enveloppant de chacune de ces étoffes, que les unes après les autres, nous avons véritablement ressenti, quelles couleurs chacune de nous vibraient. Et ce qui est très étonnant, c’est vraiment de se rendre compte que ce vert pelouse me fait un teint blafard, mais que sur cette autre femme, il est absolument somptueux ! Ressentir aussi, que ce rose layette m’éteint, ou que je disparais derrière ce fuchsia. C’est ainsi que nous avons chacune trouvé notre gamme de couleurs, en lien avec les saisons, un nuancier printemps-été-automne-hiver.

Après la couleur, c’est la matière qui compte. Et là, chacune, nous avons été invitées à porter sur les épaules des capes sans forme, mais en tissu différent (mousseline, velours, laine…) pour expérimenter, là encore (et ressentir) ce que chacune de ces matière, plus ou moins lourde, nous fait. Peut-être que j’ai besoin de matières plus lourdes, qui me ramènent à la terre, parce que j’ai tendance à partir un peu dans mon monde imaginaire. Peut-être au contraire, que j’ai besoin de légèreté, et que je suis plus proche de l’élément air en portant des vêtements un peu transparents, très fins… Et pour finir, nous avons appris chacune, quelle forme de vêtements, selon nos morphologie, nos ossatures, nous convenaient le mieux. Si nous étions plus en phase avec des vêtements "ligne", triangle ou rond. Quand on sait que lors d’une rencontre, la première impression se fait en 45 secondes, on se rend compte à quel point il est important d’harmoniser son extérieur avec son intérieur !