Comment raconter sa naissance à son enfant ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Il arrivera forcément un jour où votre enfant vous demandera de lui raconter comment il est né. Et à ce moment-là, il faudra trouver les bons mots.

Namaste ! Ça y est, il fallait bien que ça arrive et c’est arrivé : votre petit dernier, âgé de quatre ans, vient tout juste de vous demander de lui raconter comment il était né. Mais non, ça ne va pas les effrayer. Peut-être même qu’ils n’attendent que ça, vos enfants, de savoir comment ils sont venus au monde. C’est vrai qu’on peut saisir l’occasion d’une question de l’enfant, d’un anniversaire, d’une émotion forte qui semble être en lien avec sa naissance, d’un moment d’intimité autour de photos, de la lecture d’un livre, d’une émission de télé pour lui raconter son arrivée.

Parler depuis le cœur, avec un filtre. Avant tout, précisons que, pour ce genre de choses, on laissera l’enfant choisir son moment et son besoin de savoir plutôt que de privilégier notre propre envie de parler. Je rappelle à toutes fins utiles, que votre enfant n’est ni votre mère, ni votre psy, ni votre mur Facebook. L’idée, donc, est de parler depuis le cœur et avec un filtre parental. Si vous commencez à lui parler "depuis votre tête", complètement détaché de vos émotions en lui balançant au milieu de son gâteau d’anniversaire : "Dis donc qu’est-ce que j’ai douillé pour toi !", ou en pointant une cicatrice de Césarienne en disant : "Tu vois, c’est de ta faute si Maman ne peut plus mettre de bikini et se voit contrainte de porter des une-pièce gainant maintenant !", vous ne ferez qu’ouvrir ce petit compte-épargne thérapie qui flotte là, juste au-dessus de sa tête, déjà bien avant l’heure.

Non, en éducation bienveillante, l’idée, est de renforcer la sécurité intérieure de votre enfant, pour qu’il inscrive dans son cœur, qu’il intègre profondément qu’il a été attendu, accueilli et aimé. Parce que raconter l’histoire de sa naissance fait partie de ce processus de reconnaissance. C’est Boris Cyrulnik, dans son livre, Les vilains petits canards, qui explique que les "dernières semaines de la grossesse constituent les premiers chapitres de notre biographie". Alors oui, raconter la fin de la grossesse et sa naissance à un enfant, lui permet d’entendre et de réentendre la joie que ses parents ont ressentie à son arrivée. Pour cela, il suffit de raconter, par le menu, comment cela s’est passé sans insister bien sûr sur les détails médicaux.

"Raconter le jour de sa naissance à son enfant, ça l'inscrit dans une lignée familiale." Vous pouvez par exemple lui raconter que vous êtes partis à la maternité dans la nuit, que vous aviez un peu peur, mais que vous aviez tellement hâte de le rencontrer, que vous étiez rempli de joie, que Papi et Mami sont venus le voir aussi. Oui, raconter le jour de sa naissance à son enfant, ça l’inscrit dans une lignée familiale. Vous pourrez lui dire, ou ressortir lors d’une chamaillerie entre frères et sœurs, à quel point ses grands frères ou sœurs lui ont fait visiter l’appartement quand vous êtes rentrés de la maternité, qu’ils le prenaient dans leurs bras, et qu’ils voulaient jouer à la poupée avec lui. On peut montrer aussi des photos, des films. Si on a fait un album de naissance, c’est le moment de le ressortir de la bibliothèque, ressortir son faire-part de naissance, son bracelet de naissance, toutes ces petites traces qu’on a gardées précieusement. Si vous habitez au même endroit, vous pouvez aussi montrer la maternité où il est né.

Et puis parfois, la naissance d’un enfant s’est passée moins sereinement ou peut-être qu’à l’âge qu’il a aujourd’hui, les parents sont séparés. Dans ces familles-là, la naissance fait partie d’un temps révolu où les deux parents vivaient sous le même toit. Mais ça n’empêche pas d’en parler, bien au contraire, notamment à l’annonce de l’arrivée d’un bébé dans le nouveau couple de papa par exemple, en trouvant toujours, les mots justes !

Mais non, ça ne va pas les effrayer…peut-être même qu’ils n’attendent que ça, vos enfants, de savoir comment ils sont venus au monde… C’est vrai qu’on peut saisir l’occasion d’une question de l’enfant, d’un anniversaire,  d’une émotion forte qui semble être en lien avec sa naissance, d’un moment d’intimité autour de photos, de la lecture d’un livre, d’une émission de télé…pour lui raconter son arrivée…

Avant tout, précisons que, pour ce genre de choses, on laissera l’enfant choisir son moment et son besoin de savoir…plutôt que de privilégier notre propre envie de parler, hein…(je rappelle à toutes fins utiles, que votre enfant n’est ni votre mère, ni votre psy, ni votre mur facebook)…L’idée, donc, est de parler depuis le cœur…et avec un filtre parental…