Bien vivre la solitude

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Il y a deux manières de passer une soirée avec vous-même. Appeler cela de la solitude, ou la liberté.

Chaque jour c’est avec elle que l’on clôture cette émission. Anne Cazaubon et sa chronique Antidote. Le vendredi Anne, vous nous parlez d’amour.

D’amour sous toutes ses formes ! Et ne me regardez pas avec cet œil lubrique Isabelle, loin de moi l’envie de vous faire une chronique autour des différentes formes d’amour. (si on se lançait dans ce vaste projet, on y serait encore demain. Parce que c’est vrai, que l’amour peut revêtir tout un tas d’aspect), et pas seulement à 2 (ou 3 et plus) mais à un m’ment donné comme dit l’autre, moi j’arrête de compter parce que ça devient compliqué.

Sans compter (justement) que l’amour, c’est véritablement une question de point de vue. On ne sait jamais d’ailleurs ce que vit un couple à l’intérieur, ça arrive souvent d’être surpris d’apprendre qu’un couple se sépare dans votre entourage ou d’apprendre après coup ce qu’ils vivent (ou vivaient) dans l’intimité.

Oui, tout ceci n’est que « jeu de regard » entre celui que l’on pose sur son conjoint, sur son couple. Celui que le conjoint pose sur nous, et sur votre couple. Et le regard que pose l’extérieur et l’entourage sur vous, la société, les normes et conventions. Bref, un sacré bazar !

Quand on est célibataire, y a moins de monde dans l’équation. On garde néanmoins dans le caddie un bon quota de regards plein de jugement qui bizarrement ne viennent pas toujours de l’extérieur. Mais la plupart du temps, de nous-même.

Oui, à bien y regarder, ce qui prend le dessus de toutes façons, reste quand même ce regard que nous posons sur nous-même, et sur ce que nous vivons. C’est ainsi que nous créons notre propre réalité. Je m’explique.

Vous rentrez chez vous, après une bonne journée de travail et vous balancez vos chaussures dans l’entrée, là vous goûtez le bonheur absolu de sentir vos orteils reprendre une forme normale, et retrouver chacun une autonomie bafouée dans ces escarpins. Dehors, Il pleut encore des cordes dehors et vous vous dites que c’est un temps parfait pour vous faire un petit thé.

(Vous savez, celui que vous avez rapporté de ce voyage, vous aviez passé une heure dans cette boutique à stimuler votre odorat, à éveiller tous vos sens, en humant chaque parfum, avant de vous décider pour « ce thé à la rose »). Sur ce, un bol fumant à la main, vous vous drapez dans votre dignité (et dans un bon plaid en pilou parce que franchement, y a que ça de vrai !)

Le regard que vous portez sur votre vie

Bah, voilà, tout de suite, le cliché. Regardez comme vous êtes dur avec vous-même. Parce que si vous commencez par poser ce regard-là sur vous, vous permettez aux autres de le faire, à la société de le faire, et vous ne voyez plus votre vie, que par ce prisme-là !

Oui, la seule différence, c’est le regard que vous portez sur votre vie. Alors, on reprend ! Vous rentrez chez vous, vous vous faites un bon thé, vous vous installez confortablement dans votre fauteuil et tout autour de vous, vous entendez ? (silence) Oui. Il n’y a que du silence. Dans cette situation, vous avez donc le choix, le choix de nommer cet état en l’appelant.

(Vous entendez comme les vocalises sont douloureuses à l’image de la solitude). Mais là encore, il est de votre responsabilité de le vivre ainsi. D’accepter de le vivre ainsi. A moins que. A moins que vous ne décidiez de ne pas acheter ce jugement-là ! (Parce qu’on peut vous le dire en anglais, en italien, en Ouzbekh) au fond, ça n’a pas de prise sur vous. En fait ça n’en a plus !

Parce que la différence, elle est bien là sur le regard que vous décidez de porter sur votre vie. Question de point de vue. Et vous, quel regard bienveillant décidez-vous de poser sur votre vie, ici et maintenant ? Est-ce que cette soirée avec vous-même à siroter un thé, bien au chaud, dans ce silence si recherché par d’autres, si nourrissant pour vous, (presque nourricier), vous choisissez de la vivre comme de la solitude ou comme une immense liberté ?