Aider son enfant à ressentir sa météo intérieure

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Le mercredi, c'est le jour des enfants. L'occasion idéale pour se dégager du temps avec eux afin de faire un point météo des émotions.

Alors Anne, aujourd’hui, mercredi, c’est le jour des enfants !

Et le mercredi, je m’adapterai à notre public. Oui, je suis comme ça, dotée d’une grande souplesse. Je serai aussi un pont entre deux rives, cette passerelle entre l’enfant et l’adulte. Et je tenterai par tous les moyens, le mercredi, de vous aider à nourrir ce lien parent-enfant.

Oui, parce que franchement, vous croyez que je ne vous ai pas vu ? Cette année, une fois de plus, vous avez eu peur du vide. Alors vous avez culpabilisé et vous vous êtes enfermé tout seul dans une magnifique mission. Oui, comme chaque année, vous avez inscrit l’aînée à la danse, à la poterie et au dessin, ainsi que le plus jeune au judo et au foot, le dimanche matin (vous permettant ainsi de tirer une somptueuse et néanmoins définitive croix sur vos seules grasses mat’ possibles de la semaine ! Comme quoi, souvent, c’est tout seul qu’on se tire une balle dans le pied, comme un grand, juste pour le plaisir).

Pas de jugement, vous avez voulu bien faire. Les éloigner des écrans, leur donner tout ce que vous n’avez pas eu, leur faire apprendre ce que vous auriez rêvé d’apprendre mais peut-être qu’au fond, c’est un truc assez simple qui leur ferait du bien. Un truc gratuit même, soyons fous ! Et si vous passiez un peu plus de temps avec votre enfant ? Comme dans ces films américains, où le petit garçon est couvert de cadeaux, mais au fond ne rêve que d’une seule chose : faire des paniers de basket avec son papa !

Alors une fois qu’on a réussi à se dégager du temps, et que l’enfant est disponible, qu’est-ce que l’on fait ?

On s’improvise Laurent Cabrol ou Evelyne Dhéliat en instaurant un rituel ensemble. Celui de faire un petit point météo des émotions et de demander à votre enfant de ressentir sa météo intérieure. "Comment je me sens, là, à cet instant ? Qu’est-ce qui se passe dans mon corps ? A quoi je pense ? De quelle couleur est mon ciel intérieur ?"

Si son ciel est plein de nuages noirs, que l’horizon est bouché et que l’anticyclone des Açores n’a toujours pas fait le job, on peut rappeler à l’enfant qu’il a son rôle à jouer. Que comme dans le ciel extérieur, là-haut, les nuages vont passer grâce au vent et qu’on peut les aider ! Alors on peut demander à l’enfant de se centrer sur son souffle : sentir qu’il inspire le bleu du ciel et bien ressentir que son expiration pousse les nuages. Et en cas de grand ciel bleu dans son bulletin de météo intérieure, on ne lâche rien, on ne s’arrête pas en si bon chemin. Votre enfant va bien mais vous pouvez l’accompagner à mettre toujours plus de conscience dans ce qu’il ressent, dans ses émotions et à le situer dans son corps.

Oui, "quand tu es heureux, quand tu es triste, ou quand tu stresses, où le ressens-tu dans ton corps ?" On peut d’ailleurs l’aider en dessinant une silhouette (ou un bonhomme têtard) et lui demander de venir positionner sur la silhouette, l’endroit où il ressent l’émotion. Certains dessineront une croix sur le front (tant que c’est pas autre chose), et d’autres un gribouillage au niveau du ventre. Voilà tout autant de manières de nouer ou de renouer avec votre enfant en s'intéressant à sa vie intérieure. C'est essentiel de tout faire pour construire des enfants solides plutôt que plus tard, de soigner des adultes brisés.