Les bonbons "empoisonnés" de la famille Trump

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le fils de Donald Trump a initié une polémique sur les réfugiés syriens, du "Trump tout craché".

Xavier Yvon - A la Une de la presse américains - Les bonbons "empoisonnés" de la famille Trump.

Ce matin, vous nous parlez des bonbons qui collent une sale réputation à l’ainé des fils Trump. Quand ce n'est pas le père qui choque, c’est le fils. Même sens du raccourci hasardeux chez Donald Junior. Le tweet outrancier c’est visiblement un atavisme… de quoi s’agit-il ?

Junior a publié l’image d’un bol de petits bonbons ronds et colorés, des Skittles, si vous connaissez… avec cette légende : "si on vous dit que dans ce bol, 3 bonbons sont mortels, est-ce que vous en prendriez une poignée ? c’est exactement ça le problèmes avec les réfugiés syriens". Vous avez compris, il y a des terroristes qui se cachent parmi ceux qui arrivent chez nous, son père n’a de cesse de dénoncer justement les milliers de réfugiés syriens accueillis par Obama. Tollé général et débat sur CNN. Des internautes diffusent des images d’enfants syriens, notamment le petit Aylan mort sur une plage turque, avec la légende "ceci est un Skittles". La marque a tout de suite pris ses distances : "Skittles ce sont des bonbons, les réfugiés ce sont des personnes".  

L’affaire des bonbons empoisonnés fait tellement de bruit qu’elle est arrivée aux oreilles du photographe qui a pris l’image du bol. Il se trouve qu’il est lui-même un réfugié, un citoyen chypriote turc, ayant trouvé asile à Londres. Il a condamné l’utilisation de sa photo.

Donald Trump junior, a un role très actif dans la campagne, avec sa sœur et son frère. Il a déjà fait un commentaire limite utilisant les "chambres à gaz" la semaine dernière. Le Washington Post, dans son papier sur les bonbons, en tire une conclusion politique : ça pourrait couter des voix au père, qui tente depuis des semaines de lisser son image pour attirer les républicains modérés et les centristes. Dernière chose précise le journal : selon un rapport récent, un Américain a 1 chance sur 3 milliards et demi de se faire tuer par un réfugié dans une attaque terroriste. C’est beaucoup moins que 3 bonbons dans un bol.