Immobilier : Donald Trump accusé de pratiques discriminatoires

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Une enquête du New York Times révèle les anciennes pratiques discriminantes de Donald Trump dans son empire immobilier.

Une histoire de campagne dans la presse aux États-Unis, avec Xavier Yvon. Ce matin, cette enquête à la Une du New York Times sur les pratiques discriminantes de Donald Trump dans son empire immobilier.

Ce même Donald Trump qui a traité Hillary Clinton de "raciste" il y a quelques jours, ce Donald Trump qui demande aux Noirs et aux Latinos de voter pour lui avec cet argument choc : "qu’est-ce que vous avez à perdre ?".

Et bien le Donald Trump, promoteur immobilier, lui, a été accusé par la justice américaine de "pratiques discriminatoires". C’était dans les années 70, les noirs qui candidataient pour des appartements dans ses grands projets immobiliers étaient systématiquement refusés. Cette femme par exemple, qui entend parler d’un appartement louer dans l’immeuble d’un ami blanc, un building Trump à Cincinnati. Quand elle se présente, on lui dit qu’il n’y pas de logement vacant.

Il y avait même, raconte le journal, des instructions pour que les agents immobiliers de l’empire Trump marquent d’un grand "C" les dossiers des candidats noirs, C pour personne de "couleur". Impossible de prouver que les ordres venaient directement de Donald Trump, qui a toujours nié toute discrimination mais le New York Times raconte une scène où son père, Fred Trump, donne une directive très claire à un de ses employés.

Les procédures judiciaires ont pris fin avec un accord à l’amiable prévoyant l’accès des Noirs aux appartements Trump. Là encore, discrimination, les familles afro-américaines se retrouvaient confinées entre elle dans les plus mauvais logements.
Ces pratiques ont pris fin en fait avec l’évolution de la démographie à New York notamment. La classe moyenne blanche a décliné et il est devenu compliqué de renoncer à des locataires noirs.

Voila en tout cas une histoire qui ne va pas aider Donald Trump à devenir, lui, le prochain locataire de la Maison-Blanche.

Pour plus d’informations, cliquez ici.