Hillary Clinton : son malaise à la Une

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le malaise d'Hillary Clinton fait évidemment la Une de la presse américaine avec notamment cette vidéo choc de la candidate diffusée dans le journal de NBC.

Xavier Yvon pour la presse américaine

À la Une de la presse américaine avec Xavier Yvon, il y a un malaise à la Une : celui d’Hillary Clinton hier lors des cérémonies du 11 septembre à New-York.

Impossible de rater la vidéo de ce moment qui a notamment été diffusée trois fois en sept minutes dans le Journal de NBC hier soir, c’est un peu le 20h de TF1 ici.
On y voit Hillary Clinton de dos, chancelante, soutenue par ses collaborateurs. Elle s’écroule sur elle-même au moment de monter dans sa voiture. Ces images sont tout simplement terribles pour la candidate.
Tout comme sa communication de crise, aucune information pendant 1h30, puis finalement un court message pour dire " elle a eu un coup de chaud ", suivi d’une séquence "tout va bien madame la candidate ", où l’on voit Hillary Clinton sortir de chez sa fille tout sourire, saluant les badauds.
Finalement, bien plus tard, un communiqué de son médecin tombe : "Hillary Clinton a une pneumonie" depuis trois jours.
La presse américaine se déchaine. Sur les plateaux télé, les questions partent en rafale : pourquoi avoir attendu 1h30 pour donner des nouvelles ? Pourquoi ne pas avoir communiqué sur la pneumonie dès le diagnostic ?
Vous pouvez imaginez à quel point la "machine à rumeurs" sur la santé de l’ancienne First Lady s’est remise en route. Vous savez les vidéos où elle tousse qui prouveraient sa maladie cachée.

Oui mais cette fois, c’est sérieux, est-ce que finalement il n’y a pas du vrai là-dedans ?

C’est tout le problème. Le blogueur politique du Washington Post a mangé son chapeau tout à l’heure. Il y a quelques jours, il écrivait un article demandant à ce qu’on arrête enfin de parler de la santé de Clinton, il vient évidemment de publier une sorte de rectificatif. "C’est bien désormais un débat central de la campagne". Est-ce que ça sera un tournant ? On le saura le lendemain de l’élection et là on pourra peut-être écrire "le 11 septembre 2016, jour où la campagne Clinton s’effondra".