Débat Trump contre Clinton : quand le New York Times coupe le son

  • A
  • A
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Jonathan Mahler, journaliste au New York Times, s'est "amusé" à regarder le débat entre Trump et Clinton sans mettre le son.

Xavier Yvon pour la presse américaine

À la Une de la presse américaine, encore beaucoup d’articles qui reviennent sur le débat Trump-Clinton, mais il y en a un dans le New York Times qui laisse sans voix, c’est le cas de le dire.

Et pour cause, cet article s’intitule "J’ai regardé le débat en coupant le son, et j’ai quand même su qui avait gagné".

Le journaliste Jonathan Mahler raconte l’ordre surprenant de son rédacteur en chef : "tu regardes sans le son, tout seul, sans mails, sans réseaux sociaux, et tu ne parles pas à ta femme". Le débat version "monde du silence", une expérience pour vérifier que ce qui prime c’est l’attitude et non pas les paroles.

Le journaliste a donc regardé un film muet pendant 1h30, c’est un peu long.

Il a deviné que Donald Trump parlait fort, ça se voyait à sa "pantomime exagérée". Il décrit un répertoire impressionnant de gestes avec les bras comme la main qui tranche comme au karaté ou l’accordéon. Même quand il ne parle pas, Trump gigote, grimace, ajuste son micro ou se pince les lèvres.

En face, le journaliste note une Hillary Clinton tout en maitrise, déterminée à ce que son langage corporel ne traduise aucune irritation ou frustration. Elle donne même l’impression de s’amuser avec des sourires ou des rires, elle est "presque frivole à la fin" alors que Donald Trump lui s’agite de plus en plus.

Et c’est là qu’arrive le moment où Hillary Clinton se dandine d’un coup en souriant de toutes ses dents après une longue tirade de son adversaire. De quoi s’agit-il ? Aucune idée, écrit le journaliste, mais j’ai su à ce moment qu’elle avait gagné. Conclusion : "elle avait l’air de s’amuser, lui beaucoup moins. Il vibrait d’anxiété, elle rayonnait de sérénité".

Pour accéder à l’article du New York Times, cliquez ici.