Campagne de Donald Trump : le loyer de sa Tour multiplié par cinq

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
A la Une de la presse américaine est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors que sa campagne est désormais financée par des donateurs privés, le loyer du QG de campagne de Donald Trump a été multiplié par cinq.

Une histoire de campagne chaque matin dans la presse aux Etats-Unis, avec Xavier Yvon, en direct de New York.

Aujourd'hui, une info révélée par le site internet Huffington Post : Donald Trump ne perd jamais son instinct d'hommes d'affaires. Pour lui, la campagne est un business comme les autres.

On va parler immobilier, les augmentations de loyers à New York sont souvent brutales et celle-ci est en plus particulièrement osée. Pour bien comprendre, il faut savoir que Donald Trump utilise son gratte-ciel tout en verre sur la 5e avenue pour héberger son QG de campagne. Il fait pour ça pour payer un loyer à son équipe de campagne. Le Huffington Post a découvert en épluchant les comptes de campagne que ce loyer avait été multiplié par cinq en quelques mois. Les journalistes du site se sont demandés pourquoi le loyer passait ainsi de 31.000 à 150.000 euros par mois.

C’est simple, jusqu'en mai dernier, c'est Trump qui finançait tout seul sa campagne, sur sa propre fortune mais depuis qu'il est assuré d'être le candidat républicain, ce sont maintenant des donateurs privés qui financent presque toute sa campagne, comme c'est l'habitude ici, comme le fait d'ailleurs Hillary Clinton. Là, comme par enchantement, le prix du mètre carré a flambé dans la Tour Trump "maintenant que d'autres payent, et qu'en plus ça tombe dans sa poche" écrit le Huffington Post.

Cette façon de faire choque même dans son propre camp, il faut bien se rendre compte que parmi ces donateurs il n'y pas que des millionnaires, mais également beaucoup d'Américains moyens qui envoient de petites sommes, même quelques dizaines de dollars.

L'équipe Trump se défend en disant qu'elle a besoin de plus d'espace, parce qu'elle recrute du monde sauf que là encore, les chiffres sont là : la campagne de Trump emploie un peu moins de personnel qu'il y a six mois.