Xavier Beulin : "Les agriculteurs n'en peuvent plus d'être méprisés"

  • A
  • A
Xavier Beulin : "Les agriculteurs n'en peuvent plus d'être méprisés"
@ Europe 1
Partagez sur :

AGRICULTURE - Xavier Beulin, président de la FNSEA, était jeudi l'invité d'Europe 1.

INTERVIEW

Que ce soit les éleveurs de porcs ou les éleveurs bovins, le mécontentement est partout dans ce secteur de l'agriculture française. Manifestations, actions coup de poing… Xavier Beulin, invité d'Europe 1 jeudi, est revenu sur la raison de cette colère. Il a déploré l'absence de volonté de l'Etat mais aussi les réglementations trop contraignantes.

Une crise "économique, morale et politique". Le temps où seuls les éleveurs souffraient est révolu, estime Xavier Beulin, Pour lui, tous les secteurs de l'agriculture sont désormais touchés par la crise qui "est triple" : "économique à court et moyen terme" avec "des enseignes de grande distribution qui se livrent à une guerre des prix", "morale" car "les agriculteurs n'en peuvent plus d'être méprisés" et "politique". "L'agriculture française souffre aussi d'un déficit de compétitivité", constate-t-il.

La hausse de 7% des revenus des agriculteurs en 2014 ? "Tout ça, ce sont des moyennes et tous les ans, il y a polémique", déplore-t-il. il avance qu'il vaut mieux regarder "les tendances" qui montrent, elles, que la situation en France se dégrade. Et d'énumérer "les pertes d'emplois, les pertes de marché à l'export, les pertes en termes de valeur ajoutée".

Absence de volonté. Après plusieurs années de crise, les éleveurs de porcs réclament encore une hausse du prix d'achat de leurs bêtes. Face à ce problème qui s'éternise, Xavier Beulin dénonce une absence de volonté. "Il y a 15 ans, nous étions au même niveau que l'Allemagne et l'Espagne, aujourd'hui, ces pays ont doublé leur production par rapport à celle de la France", rapporte-t-il. "Il y a une stratégie derrière tout ça", ajoute-t-il sans apporter de précisions. Il tranche : "aujourd'hui, on produit 20 millions de porcs par an, la filière française sera morte à 15 millions".

Laissons les agriculteurs "prendre des initiatives". Le président de la FNSEA dénonce le manque de moyens proposés aux éleveurs. "Un jeune qui veut s'installer, qu'est-ce qu'il a ? Une association qui veut lui interdire de construire son bâtiment, une réglementation épouvantable, des contraintes diverses et variées", résume Xavier Beulin. S'il dit accepter les règles, il avance qu'il faut aussi laisser les agriculteurs "prendre des initiatives".

Et si la mesure prise le 12 juin dernier sur la limitation des promotions sur le porc est jugée bonne, "il faut aussi que la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) fasse sont travail et fasse respecter les contrats".

"Je ne suis pas un bisounours". Les agriculteurs qui s'en prennent à lui lors de manifestations ? "Je crois qu'ils ont besoin d'une soupape et d'une forme de décompression, je préfère ça à des actes répréhensibles", explique-t-il. Son entreprise Sofiprotéol qui a un chiffre d'affaires de plusieurs milliards d'euros peut-elle être la cause de ce mécontentement ? "Je suis pas un bisounours, nous sommes dans un monde économique extrêmement dur, on veut quoi dans ce pays ? De la décroissance ou de la croissance ? Je défends les paysans mais j'essaye aussi par des initiatives de redonner de la valeur ajoutée à nos produits".