Wall Street finit en baisse, un investisseur activiste relance l'inquiétude

  • A
  • A
Wall Street finit en baisse, un investisseur activiste relance l'inquiétude
Wall Street a fini en baisse, jeudi@ AFP
Partagez sur :

BOURSE - Wall Street a fini en nette baisse jeudi : le Dow Jones a perdu 1,17% et le Nasdaq 1,19%. 

Wall Street a fini en nette baisse jeudi, l'optimisme suscité par de bons résultats et une série de fusions ayant été brusquement éteint par les mises en garde de l'investisseur activiste Carl Icahn: le Dow Jones a perdu 1,17% et le Nasdaq 1,19%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 210,79 points à 17.830,76 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 57,85 points à 4.805,29 points. Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 a perdu 19,34 points, soit 0,92%, à 2.075,81 points.

Google en baisse. Le marché, qui tentait une remontée en dépit de la déception provoquée durant la nuit par l'immobilisme de la Banque du Japon, a brutalement cédé en début d'après-midi, notamment au Nasdaq, après que Carl Icahn a annoncé sur la chaîne de télévision CNBC qu'il avait vendu toutes ses actions Apple (-3,08%). "Icahn est venu dire qu'il avait vendu toute sa participation (dans Apple) et cela a déstabilisé le marché, Google qui était en hausse est parti en baisse", avec une contagion parmi la plupart des valeurs du Nasdaq, a expliqué Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management.

"La Chine jette une ombre". Carl Icahn a expliqué qu'il avait vendu ses titres Apple, d'une part parce que cela lui permettait d'empocher de confortables bénéfices, mais aussi parce "la Chine jette une ombre" sur ses perspectives. D'une façon plus générale, il a indiqué qu'il était "toujours très prudent" face au marché boursier, craignant que d'éventuels taux d'intérêt négatifs puissent créer des bulles spéculatives, et plaidant plutôt pour des mesures de relance budgétaire. Outre ces déclarations, Mace Blicksilver a estimé que les indices pouvaient être victimes d'arbitrages de fin de mois, "vu qu'on a eu une grosse remontée depuis la mi-février".