Volvo trompé par ses revendeurs chinois

  • A
  • A
Volvo trompé par ses revendeurs chinois
Environ la moitié de concessionnaires chinois de Volvo ont falsifié leurs chiffres de vente pour atteindre des objectifs ...@ Reuters
Partagez sur :

Ces concessionnaires auraient gonflé leurs ventes, pour obtenir des rabais, avant de les dégonfler.

Des chiffres gonflés… Sur le papier, ils avaient tenu leurs objectifs de vente, les concessionnaires chinois de Volvo. Pas moins de 47.140 véhicules auraient trouvé consommateurs à leur volant, en 2011, grâce aux talents de leurs commerciaux... C'est en tout cas ce qu'ils affirmaient à la direction du constructeur automobile suédois. Car sous le capot de ces résultats customisés, les chiffres étaient bien moins reluisants. En réalité, seules 39.871 voitures ont été écoulées cette année là, selon un cadre du groupe cité par Reuters, qui a dénoncé vendredi cette "tricherie" sous couvert d'anonymat.

… Puis dégonflés. Environ la moitié des concessionnaires chinois de Volvo auraient ainsi falsifié leurs chiffres de vente, pour atteindre des objectifs fixés par le constructeur suédois et obtenir des rabais. Et rien n'a été laissé au hasard. Pour ne pas se faire prendre et équilibrer leurs comptes, les fieffés falsificateurs ont ensuite drastiquement dégonflé leurs chiffres l'année suivante, par rapport à la réalité. Ainsi, 41.989 voitures vendues ont été annoncées en 2012… contre 45.896 en réalité, soit une baisse de 11%, s'est aperçu le constructeur récemment.

Pas d'influence sur les résultats mais… "Nous pensons avoir réglé le problème, mais le processus a été douloureux", a reconnu le cadre dénonciateur, précisant toutefois que cette vaste opération de "tunning" sur les chiffres ne remettait pas en cause les résultats financiers enregistrés par Volvo. Le groupe, en effet, calcule ses résultats à partir des ventes aux concessionnaires, et non aux consommateurs. Mais la supercherie ne sera pas sans conséquences, précise tout de même le cadre, car les chiffres falsifiés ont empêché Volvo d'évaluer la popularité de ses différents modèles et de "répondre efficacement aux évolutions de la demande en Chine".

Un marché crucial. Contacté par Reuters, un des porte-paroles de Volvo s'est contenté de reconnaître que le groupe avait découvert un "problème de transparence". Le sujet est épineux, car le marché chinois est particulièrement important pour le constructeur suédois. Ce dernier, par ailleurs propriété du constructeur Chinois Zhejiang Geely,  compte presque doubler ses ventes mondiales à 800.000 unités d'ici 2020, contre 422.000 en 2012, grâce à ce marché.