Volkswagen veut concurrencer la Logan

  • A
  • A
Volkswagen veut concurrencer la Logan
Grâce à sa marque low-cost Dacia, Renault a réussi à s'imposer sur les marchés émergents.@ REUTERS
Partagez sur :

Le constructeur allemand planche sur un véhicule low-cost à destination des pays émergents.

Renault peut se faire des cheveux blancs. Sa marque à bas coût, Dacia, pourrait bientôt affronter un concurrent de taille, en la personne de Volkswagen. Le groupe allemand envisage en effet de créer une gamme de voitures low-cost à destination des pays émergents. "Nous avons besoin, pour les pays émergents, d’une voiture bon marché (…) qui coûterait entre 5.000 et 10.000 euros", expliquait jeudi dans le quotidien allemand Handelsblatt Bernd Osterloh, président du comité d’entreprise de la marque allemande.

Lancement avant deux ans

Un premier modèle devrait être présenté par les experts avant la fin de l’année à la direction, pour un lancement d’ici à deux ans. "Pour cela, pas besoin de réinventer la roue", estime le président du comité d’entreprise. Les ingénieurs de Volkswagen peuvent compter sur leur très large gamme du groupe pour mettre au point un véhicule robuste et peu cher à la construction. Renault, pour la création de sa Logan, a ainsi réutilisé des pièces de Clio, de Kangoo, de Laguna, etc.

Le groupe français, justement, pourrait être l’un des grands perdants de cette affaire. Sa marque Dacia, qui commercialise la Logan, fait en effet un carton plein avec ses berlines vendues en France moins de 8.000 euros. Entre 2004 et 2008, un million de véhicules ont trouvé preneur dans le monde et le succès ne s’est jamais démenti depuis, notamment au Brésil, devenu le deuxième marché du groupe, et en Russie.

Réservé aux marchés émergents… Pour l’instant

Surtout, avec un coût de revient très faible (il est inférieur à 4.000 euros), la Logan est une mine d’or pour Renault. Une mine dans laquelle beaucoup de concurrents entendent bien puiser, puisqu’outre Volkswagen, le Sud-coréen Hyundai est déjà passé à l’offensive en proposant sur le marché indien une voiture à 4.000 euros, tout comme Peugeot, avec sa nouvelle 301 qui devrait être vendue partout dans le monde sauf en France.

Pour l’instant, Bernd Osterloh affirme que cette nouvelle gamme sera destinée aux pays émergents, notamment l’Asie, l’Afrique ou encore l’Europe de l’Est. Mais, tout comme Renault avait, aux débuts de la Logan, insisté sur le fait que la marque ne serait pas distribuée en France avant de revenir sur cette décision, il y a fort à parier que les produits d’entrée de gamme de Volkswagen se retrouveront rapidement sur le marché européen.