Voitures neuves en France : plus chères, moins gourmandes et encore diesel en 2015

  • A
  • A
Voitures neuves en France : plus chères, moins gourmandes et encore diesel en 2015
Image d'illustration.@ AFP
Partagez sur :

Mercredi, l'Argus publie son étude annuelle sur le profil des voitures neuves vendues en France en 2015. 

Bien plus chère qu'en 2014, mais aussi moins gourmande en carburant et encore majoritairement diesel, tel est le portrait-robot de la voiture neuve vendue en 2015 en France, selon une étude du groupe Argus publiée mercredi.

Un prix moyen en hausse de 5%. Compilation menée sur 99% du marché qui a représenté 1,91 million de voitures particulières dans l'Hexagone l'année dernière, cette étude annuelle montre que le prix moyen des autos neuves a bondi de 5% sur un an à 25.108 euros. Ce montant record représente en outre une hausse de 27% en cinq ans selon l'Argus.

Le marché des automobiles neuves en France a progressé de 6,8% en 2015, lui permettant de tourner la page de la crise, selon les chiffres officiels dévoilés début janvier par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Les analystes du secteur ont attribué cette bonne tendance au faible coût du crédit et au pouvoir d'achat dégagé par la chute du prix des carburants.

Recul des émissions nocives. Les voitures vendues en France n'en sont pas pour autant devenues gourmandes, au contraire : leur consommation moyenne a reculé de 0,1 litre aux 100 kilomètres en un an, à 4,5 l/100, a précisé l'Argus dans un communiqué. De même, "la voiture moyenne de France continue de réduire sa cylindrée", qui atteint désormais 1.473 cm3, soit 36 cm3 de moins qu'en 2014, selon la même source. Les émissions nocives reculent elles aussi, à 111 grammes de CO2/km (-4 g). La puissance moyenne s'établit à 113 chevaux et la longueur de la carrosserie à 4,22 mètres.

58% de diesel. L'Argus rappelle aussi que malgré une forte chute, les motorisations diesel sont restées majoritaires en 2015 avec environ 58% des voitures particulières neuves. Ce chiffre était de 63,9% en 2014 selon le CCFA. Au premier trimestre 2016 il est néanmoins tombé à 52,2%.