Voiture électrique : le coup d’accélérateur de Borloo

  • A
  • A
Voiture électrique : le coup d’accélérateur de Borloo
Partagez sur :

L’Etat va investir près environ 2,5 milliards d'euros, avec l'objectif de voir circuler deux millions de véhicules électriques en 2020.

L’objectif de la France en matière de véhicules électriques est ambitieux. D’ici à 2020, le gouvernement français souhaite voir deux millions de ces voitures propres circuler sur les routes de l’Hexagone d’ici à 2020. Jeudi, Jean-Louis Borloo a présenté le plan destiné à remplir cet objectif. L'Etat compte ainsi investir 2,5 milliards d'euros en dix ans dans l'installation de bornes de recharge, l'adaptation du réseau, l'achat de véhicules, des aides à l'achat et aux constructeurs.

Malgré l'endettement, l'Etat se veut donc volontariste. "Le risque, c'est de ne rien faire, comme les constructeurs américains. Ça doit marcher et de toute façon, on n'a pas le choix", a déclaré Jean-Louis Borloo. "Aucun acteur ne peut prendre le risque tout seul et si tous les acteurs prennent le risque en même temps, ça marche."

Le ministère de l’Ecologie souhaite notamment installer 4 millions de points de rechargement, répartis pour moitié chez les particuliers, et pour l’autre dans les entreprises, les commerces, et, dans une moindre mesure, dans la rue et les parkings publics.

L'adaptation du réseau nécessitera 1,5 milliard d'euros. Elle sera coordonnée par ERDF, filiale d'EDF. En plus de l'enveloppe déjà allouée de 400 millions d'euros sur quatre ans pour encourager les constructeurs, 50 à 70 millions d'euros supplémentaires financeront la recherche sur les bornes de recharge et les échanges de batteries pour les taxis. Près de 900 millions d'euros pourraient provenir du grand emprunt national.

La semaine dernière, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a confirmé la commande en 2010 de plus de 50.000 véhicules répartis entre l'Etat (10.000), les collectivités (14.000) et des entreprises partenaires (30.450). Il a également annoncé une contribution de 125 millions d'euros, via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), au projet de recherche et production de batteries commun à Renault, Nissan au Commissariat à l'énergie atomique. L'objectif est de produire 350.000 batteries lithium-ion d'ici à 2015 dans la future usine de Flins, dans les Yvelines.