Vivarte veut céder une centaine de magasins La Halle aux Chaussures

  • A
  • A
Vivarte veut céder une centaine de magasins La Halle aux Chaussures
Le groupe d'habillement et de chaussures emploie 17.000 personnes en France.@ THOMAS OLIVA / AFP
Partagez sur :

Le groupe Vivarte a l'intention de céder une centaine de magasins La Halle aux Chaussures sur 680 au total.

Le groupe d'habillement et de chaussures Vivarte a annoncé mercredi en comité de groupe son intention de céder une centaine de magasins La Halle aux Chaussures sur 680 au total, a-t-on appris de sources syndicales. Vivarte, dans un communiqué mercredi soir, a seulement indiqué qu'il allait "revoir le parc de magasins" La Halle, "en fonction des zones de consommation et des rentabilités des points de vente, et notamment dans les magasins La Halle aux Chaussures", mais n'a donné aucun chiffre. 

Les syndicats craignent des suppressions de poste. Très pessimiste sur les possibilités de cession de la centaine de magasins "déficitaires" La Halle aux chaussures, Gérald Gaultier de FO, craint "un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui se soldera par 500 à 600 suppressions de postes". Pour Karim Cheboub, de la CGT et secrétaire du comité de groupe, qui évoque plutôt "400 à 500 postes menacés", la direction cherche ainsi le moyen "d'éviter de financer un PSE coûteux". Cependant, le PDG Stéphane Maquaire a indiqué que "tout était ouvert", selon Jean-Louis Alfred (CFDT), en évoquant plusieurs scénarios pour ces magasins : "cessions, franchises ou transformation en magasins mixtes avec La Halle aux vêtements".

Réduire l'endettement d'ici début 2017. Lors d'un comité de groupe mercredi, Vivarte a dévoilé un plan stratégique à cinq ans qui "mobilisera un financement de 500 millions d'euros", et a annoncé "avec engagé les discussions avec ses créanciers pour aboutir à une nette réduction de son endettement d'ici au début 2017". Le groupe, deux ans après une première restructuration financière pour renégocier sa dette de 2,8 milliards d'euros, avait relancé en juillet un processus de restructuration financière auprès du tribunal de commerce de Paris. L'"ambition" de ce plan est "de faire regagner au groupe sa place de leader du commerce de l'habillement et de la chaussure", indique-t-il. Afin de "dégager les ressources nécessaires aux premiers investissements à venir", Vivarte indique qu'il prévoit de mettre en vente les activités de Merkal, sa chaîne de magasins de chaussures en Espagne.

Deux mois pour trouver des repreneurs. Concernant La Halle et la révision du parc de magasins, Vivarte affirme qu'il "entend le faire avec responsabilité, pour en limiter l'impact sur l'emploi. Il privilégie les scénarios de reprise et se donne deux mois pour trouver des repreneurs qui apporteraient de nouvelles perspectives aux magasins concernés et poursuivraient les contrats de travail". Pour le délégué CFDT, le plan stratégique présenté est "cohérent" et "crédible", et repose sur de l'"autofinancement". Le "problème", estime-t-il c'est "l'intention des actionnaires : est-ce que ces quatre fonds spéculateurs vont accepter de lâcher une partie de la dette et laisser le capitaine mettre en place une équipe et une stratégie à long terme ?"

Le groupe emploie 17.000 personnes en France. En 2014, la première renégociation de la dette s'était faite au prix d'une lourde restructuration sur le plan social, avec le lancement en 2015 de quatre plans de sauvegarde de l'emploi dans les enseignes La Halle, Kookaï, Défi Mode et André, avec à la clé la suppression de 1.850 postes. L'enseigne la plus touchée avait été La Halle, avec 1.476 postes supprimés et 190 points de vente fermés.