Cité des sciences : l'ouverture de Vill'Up repoussée

  • A
  • A
Cité des sciences : l'ouverture de Vill'Up repoussée
Le centre de shopping, Vill'Up situé à la Cité des Sciences, a été touché par un violent incendie. @ AFP
Partagez sur :

Le nouveau centre commercial Vill'Up, qui devait ouvrir ses portes en octobre, a été touché par un violent incendie à la Cité des Sciences de Paris dans la nuit de mercredi à jeudi.

C'est un gros coup dur pour tous ceux qui ont participé à la construction de Vill'Up. Le nouveau centre de shopping, situé dans l'une des quatre travées de la Cité des Sciences de Paris, a été touché dans la nuit de mercredi à jeudi par un violent incendie.

Un investissement de 110 millions d'euros. Vill'Up représente un investissement important de 110 millions d'euros et doit proposer un mélange "inédit" de commerces et de loisirs. Le complexe, d'une surface totale de 24.500 mètres carrés doit accueillir sur quatre étages, une cinquantaine de commerces et restaurants, un cinéma Pathé de 16 salles, ainsi que plusieurs structures de divertissement, dont notamment un imposant dispositif de chute libre indoor. 

Des dégâts importants. Selon un porte-parole d'Apsys, la foncière qui doit gérer le centre de shopping, "le site n'a pas été entièrement détruit" par l'incendie, qui s'est déclaré en pleine nuit pour une raison encore inconnue. Néanmoins, les dégâts apparaissent "importants" selon la société. D'après Maurice Bansay, PDG d'Apsys, les premières constatations montrent que l'essentiel des dégâts causés par le feu se sont concentrés sur le cinéma Pathé de 16 salles que devait abriter le centre commercial.

Concernant le reste du centre commercial, "la plus grande partie des dégâts a semble-t-il été occasionnée par l'eau déversée par les pompiers pour maîtriser l'incendie. Les constatations sont encore en cours actuellement", a-t-il ajouté.

L'ouverture était prévue le 15 octobre. L'ouverture de Vill'Up, prévue le 15 octobre, a été repoussée "à une date encore indéterminée", a déclaré jeudi Maurice Bansay, ajoutant être "prêt à prendre toutes les dispositions possibles pour réduire au maximum le décalage" par rapport à la date d'ouverture initialement prévue.