Viande de cheval: les enseignes s'activent

  • A
  • A
Viande de cheval: les enseignes s'activent
@ Jean-Sébastien Soldaïni/Europe 1
Partagez sur :

Elles ont retiré ce week-end de leurs rayons les plats suspectés de contenir du cheval.

Les produits retirés. 12h07 : un fax arrive dans un magasin Carrefour à Paris. Il porte la mention "Crise médiatique - Viande de cheval" et il liste toute une série de produits à retirer de la vente... le directeur du magasin n'a d'abord pas vu le fax puis a immédiatement retiré les boîtes concernées de son rayon. Des Lasagnes de la marque Carrefour, des Moussaka Findus ou encore des Canelloni Grand Jury : tous ces plats préparés sont suspectés de contenir de la viande de cheval. Ils proviennent tous de l'usine luxembourgeoise du groupe français Comigel où ont également été préparées les lasagnes Findus commercialisées en Grande-Bretagne. Des lasagnes dans lesquelles de grandes quantités de viande de cheval ont été découvertes alors qu'elles n'étaient censées contenir que du bœuf.

>> LIRE AUSSI : L'ESSENTIEL - "Chevalgate" : des retraits en cascade

Rappel des produits. Et quant aux plats déjà achetés ? Les enseignes collent depuis ce lundi matin des petites affiches dans leurs rayons avec les références des plats concernés. Elles demandent aux clients de rapporter les produits pour qu'ils soient remboursés.

11.02 Document carrefour viande de cheval

© Europe1.fr

Le sigle ci-dessous indique que le plat a été préparé au Luxembourg.

11.02 Viande de cheval sigle Luxembourg

© Europe1.fr

"Réagir extrêmement vite". L'ensemble des produits concernés par l'affaire ont été retirés des rayons, a assuré lundi matin Jean-René Buisson,  "C'est une des conséquences des crises que nous avons eu les années précédentes avec la vache folle : nous sommes capables de réagir extrêmement vite et de manière préventive", s'est-il félicité. Une réunion de crise entre le gouvernement et les principaux représentants de l'industrie agro-alimentaire se tiendra cet après-midi à Bercy

.>> LIRE AUSSI : Viande de cheval : "nous avons été trompés"