Vers une hausse des tarifs de l'électricité

  • A
  • A
Vers une hausse des tarifs de l'électricité
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le prix de l'électricité pourrait augmenter de 3% en 2011 a confirmé Christine Lagarde sur Europe 1.

Le gouvernement a indiqué lundi qu'une hausse des tarifs réglementés de l'électricité, pouvant dépasser les 3%, était envisagée début 2011, confirmant une information des Echos. Le but affiché est d'alléger le coût pour EDF du rachat de l'électricité solaire.

"Ça peut être une augmentation"

"Ça peut être une augmentation et, en toute hypothèse, elle est plafonnée à 0,3 centime par kilowatt/heure" (soit 3 euros par mégawatt/heure, MWh), a indiqué la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, lundi sur Europe 1. "C'est Jean-Louis Borloo (le ministre de l'Energie, ndlr) qui a la responsabilité de cette affaire-là", a-t-elle précisé.

Les tarifs réglementés de l'électricité pour les particuliers, les tarifs bleus, sont actuellement fixés à 93,1 euros par MWh. Une hausse de 3 euros correspondrait donc à 3,22% d'augmentation de la facture pour les ménages.

"Je ne confirme pas le pourcentage"

Le gouvernement vient en effet d'accepter un amendement au projet de loi de finances 2011 permettant de relever la taxe dite de "contribution au service public de l'électricité" (CSPE), payée par chaque consommateur et qui finance notamment le rachat de l'électricité photovoltaïque, a par ailleurs indiqué le ministre du Budget, François Baroin sur LCI. "Je le confirme d'autant plus que j'étais au banc (de l'Assemblée nationale, ndlr) puisque c'est moi qui ai accompagné la discussion budgétaire tout au long de la semaine dernière", a-t-il déclaré. "Je ne confirme ni le pourcentage, ni même l'augmentation garantie", a-t-il toutefois ajouté.

L'amendement prévoit que la CSPE pourrait passer de 4,50 à 7,50 euros par MWh, dès janvier si le gouvernement ne s'y oppose pas expressément par un arrêté avant le 31 décembre. Jusqu'à présent, le gouvernement s'est gardé d'augmenter la CSPE pour éviter de prendre la responsabilité d'une hausse impopulaire du prix de l'électricité.