Vers un Noël d’occasion ?

  • A
  • A
Vers un Noël d’occasion ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

EXCLU E1 - Un tiers des Français est prêt à offrir un jouet d’occasion à ses enfants pour les fêtes de fin d’année.

Les dépenses de Noël dépassent le budget ? Afin de satisfaire tout le monde, un Français sur trois est prêt à offrir un jouet d’occasion à ses enfants pour Noël, selon un sondage TNS-Sofres, pour "La Poste", qu'Europe 1 a révélé en exclusivité lundi. Et si la première motivation est bien sûr de dépenser moins, ce n’est pas la seule raison.

L’occasion d’offrir un objet plus cher. 34% des Français sont prêts à offrir un jouet d’occasion à leurs enfants. Toutefois, ce n’est pas une désacralisation du cadeau de Noël. Acheter un jouet de seconde main, c’est surtout l’occasion d’offrir un objet qui aurait été hors budget neuf. De plus, les consommateurs aiment "le sentiment d'un achat malin", précise Emmanuel Rivière, directeur du département "opinion" de TNS-Sofrès, au micro d’Europe 1.

Evolution de la société. Acheter d’occasion est un bon geste pour la planète. Les Français sont prêts à donner une nouvelle vie à un objet. "L’idée de sortir un peu de la société de consommation, d'avoir une consommation plus responsable avec cette circulation des objets, plaît aux Français", explique Emmanuel Rivière. Tellement, qu’un Français sur deux pense offrir un cadeau d’occasion à un proche. Cette pratique s’appelle "la consommation collaborative" et 32% des sondés se disent "sensibilisés" à cette pratique.

Le commerce au cœur de Noël. Quidit achat d’occasion, dit également revente des jouets de Noël. Et cette pratique ne pose aucun problème à 31% des Français. "L'objet devient une monnaie d'échange que l'on peut dénicher et revendre après", selon Emmanuel Rivière. L’étude précise que les magasins de dépôt-vente et internet sont les vecteurs préférés des revendeurs de cadeaux. Les bonnes occasions sont à portée de clic cet hiver.    

sur le même sujet
 

CONSO - Achats en ligne : attention à l’engouement

INFO - Quand il fait gris, les e-marchands sourient

ZOOM - E-commerce: les Français à la traîne !