Veolia, bientôt concurrent de la SNCF

  • A
  • A
Veolia, bientôt concurrent de la SNCF
Partagez sur :

L’entreprise française compte s’allier à l’italien Trenitalia pour proposer dès 2012 des liaisons de Paris vers l’étranger

La menace se précise pour la SNCF : l’opérateur historique français aura bien un concurrent pour le transport de passagers, et ce dès 2012 si les projets de Véolia se confirment. Ce géant des services (eau, propreté, énergie, transports) négocie un partenariat avec la compagnie ferroviaire italienne Trenitalia afin d’exploiter les lignes TGV françaises pour le transport de passagers.

"Veolia est en discussion avec Trenitalia mais rien n'est abouti", confirme une source proche du dossier. Veolia n’a pas encore commenté ces informations. Depuis le 13 décembre 2009, une directive européenne ouvre à la concurrence le trafic international des voyageurs. Veolia peut donc se lancer sur le marché français, mais seulement si ses trains relient deux Etats européens. L’alliance Veolia-Trenitalia aboutirait donc au lancement de liaisons Paris-Lyon-Milan, Paris-Lille-Londres ou Paris-Strasbourg-Francfort.

Seule certitude, la fin du monopole de la SNCF pourrait faire baisser les prix, comme l’espère Le Figaro, qui a révélé l’information dans son édition de mardi matin. Le quotidien évoque une baisse des prix de l’ordre de 30 %. Un billet Paris-Lyon reviendrait par exemple à 30 euros, contre 41 à 63 euros actuellement chez la SNCF. Mais le projet de partenariat entre Veolia et Trenitalia ne concerne pour l’instant que les lignes les plus rentables.

"La SNCF est en état de marche pour relever la concurrence". Guillaume Pepy, président de la SNCF, a répondu à cette annonce avec sérénité : "Ce n'est pas une nouvelle. On s'y attendait. On s'est préparé". Puis il a rappelé que la SNCF n'a qu'un "seul objectif, c'est de faire voyager davantage par le train et d'avoir une meilleure offre pour les consommateurs".

"Un, cela permettra aux clients d'avoir le choix et deux, cela permettra de développer ce mode de transport". Le secrétaire d'Etat aux Transports Dominique Bussereau s'est félicité de cette annonce, ajoutant : "le fait qu'il y ait de nouveaux prix, des prix bas, est une bonne chose pour le client, mais nul doute que la SNCF va s'adapter et se développer dans d'autres pays européens".

L’ouverture complète à la concurrence pour les lignes ferroviaires nationales devrait avoir lieu aux alentours de 2015. Avant de se tourner vers Trenitalia, Veolia avait entamé dès 2008 des discussions avec Air France pour exploiter les lignes TGV ouvertes à la concurrence. Un projet mis entre parenthèses suite à l’abandon du projet par Air France en octobre 2009.

> Ouverture à la concurrence : les gares s’organisent