Vente en ligne : 19 entreprises de e-commerce sanctionnées pour pratiques commerciales trompeuses

  • A
  • A
Vente en ligne : 19 entreprises de e-commerce sanctionnées pour pratiques commerciales trompeuses
Le géant d'Internet Amazon et 18 autres entreprises de e-commerce sont accusés d'avoir mis en place un système de fausses promotions. @ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Ces entreprises spécialisées dans la vente en ligne sont accusées d'avoir mis en place un système de fausses promotions abusif pour le client. 

Gare aux promos trop alléchantes sur Internet ! Dix-neuf entreprises d'e-commerce, dont Amazon, ont été verbalisées en France pour pratiques commerciales trompeuses et ont été condamnées à des amendes d'un montant total de 2,4 millions d'euros, révèle Le Parisien jeudi.

Pour cause selon le quotidien : "La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a enquêté pendant des mois sur l'arnaque des fausses promotions sur internet, et des grands noms du web ont été condamnés à une forte amende".

Une enquête pas encore clôturée. Pour l'instant, le résultat des courses est salé : "Dix-neuf entreprises d'e-commerce ont été verbalisées pour pratiques commerciales trompeuses. Au total, nous avons proposé des transactions pénales dépassant 2,4 millions d'euros. 1,5 million d'euros a déjà été payé par Amazon, Zalando et le Comptoir des cotonniers, 490.000 euros ont été refusés par H&M, GrosBill, Darel et Netquattro, mais la procédure continue", déclare au journal Vincent Designolle, directeur de cabinet de la DGCCRF.

Un système de fausses promotions "assez généralisé." "Pendant plusieurs mois, nous avons réalisé des relevés de prix sur quelques produits. En cas de doute, nous avons demandé des justificatifs ou fait des perquisitions. Et, en définitive, on peut dire que le système de fausses promotions est assez généralisé dans l'e-commerce", indique encore Vincent Designolle, qui précise que les "contrôles" se poursuivent sur "ces sites et d'autres encore". L'enquête doit se poursuivre en 2017 a assuré au Parisien Martine Pinville, la secrétaire d'Etat chargée du Commerce. L'enjeu est de taille : 35 millions de Français achètent sur internet.