Valls (et le terrorisme) font peur aux hôteliers

  • A
  • A
Valls (et le terrorisme) font peur aux hôteliers
@ AFP
Partagez sur :

En déclarant inévitable d’autres attentats, le Premier ministre n’a pas aidé les professionnels du tourisme.

"Il y aura d’autres attaques, des attaques d’ampleur, c’est une certitude, et cet hyper-terrorisme est là pour durer, même si nous devons bien entendu le combattre avec la plus grande détermination". Manuel Valls a prévenu, samedi à Munich, du risque majeur de nouveaux drames terroristes en Europe. Trois mois après les attentats du 13 novembre à Paris, ces propos passent assez mal dans le secteur du tourisme, en particulier dans l’hôtellerie.

"C’est épouvantable", explique un haut responsable de l’hôtellerie française. Les représentants du secteur que nous avons joints ne veulent surtout pas s’exprimer publiquement. Mais hors micro, ils le disent : les propos de Manuel Valls, "c’est se tirer une balle dans le pied".

"Il ne manquerait plus que la France soit placée sur une liste de pays dangereux". L’attitude du Premier ministre risque de continuer à faire fuir les touristes étrangers. Déjà, depuis novembre, les clients asiatiques et nord-américains ne viennent quasiment plus à Paris.  Et là, Manuel Valls attire l’attention sur la France, et il le fait à l’étranger, devant la presse internationale. "Il ne manquerait plus que la France soit placée sur une liste de pays dangereux", comme le glisse le président d’un groupe d’hôtels.

Une "claque". Pendant les semaines qui ont suivi les attentats, les établissements se sont vidés : - 25% de clients à Paris. Aujourd’hui, on est toujours entre - 10 et - 20% dans de la plupart des hôtels. Le secteur a perdu près de 300 millions d’euros. Il n’est même pas convalescent, loin de là, et il se prend une encore une "claque", expression employée par le patron d’un organisme du secteur.