Universal rachète EMI pour 1,4 Mds €

  • A
  • A
Universal rachète EMI pour 1,4 Mds €
Universal Music, filiale de Vivendi, a trouvé un accord pour racheter EMI.
Partagez sur :

Universal Music et Citigroup sont tombés d'accord pour le rachat d'EMI.

Universal renforce un peu plus sa place de première maison de disques mondiale. La filiale de Vivendi a annoncé vendredi la signature d'un accord définitif avec Citigroup pour racheter la branche musique enregistrée de sa concurrente britannique EMI.

L'opération doit lui coûter 1,2 milliard de livres sterling, soit 1,4 milliard d'euros.

Autorités de la concurrence

Un gros coup qui permettrait à Universal d'ajouter à son catalogue des artistes tels que Coldplay, Pink Floyd et Katy Perry. Mais en rachetant la quatrième major mondiale (qui représente 10% des parts de marché sur la planète), Universal concentrera un peu plus le marché.

Il ne resterait alors plus que deux autres maisons disques d'envergure mondiale : Sony et Warner Music. Les autorités de la concurrence aux Etats-Unis, mais aussi en Europe, au Japon, et en Australie examineront donc à la loupe la transaction avant de l'approuver.

Vente par morceaux

Si l'accord était approuvé, EMI aura ainsi changé de main trois fois en moins d'un an. Citigroup l'a mise en vente en juin dernier après en avoir pris le contrôle en février lorsque son précédent propriétaire, le fonds d'investissement Terra Firma, avait fait défaut sur le remboursement d'un emprunt.    

Afin de financer l'opération, Vivendi a précisé qu'il comptait utiliser ses lignes de crédit existantes et céder 500 millions d'euros d'actifs non stratégiques au sein d'Universal.

L'autre division du label EMI, Music Publishing, devrait, quant à elle, être cédée à un consortium emmené par la division musique de Sony pour 2,2 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros), selon une source proche du dossier.

Rebond du marché de la musique

La fusion des groupes EMI et Universal Music Group (UMG) alors que l'industrie de la musique connaît un rebond depuis quelques mois.

Après une période noire causée par le piratage, le marché de la musique enregistrée aux Etats-unis est reparti cette année avec une hausse des ventes en volume comme en valeur. Cette croissance du secteur s'appuie notamment sur le dynamisme des offres numériques payantes. Le PDG d'UMG, Lucian Grainge, relève à cet égard "la multiplication du nombre de plate-formes de vente mais aussi d'abonnement, comme Spotify".