Non, il n'y aura pas d'écotaxe régionale

  • A
  • A
Non, il n'y aura pas d'écotaxe régionale
@ BERTRAND LANGLOIS/AFP
Partagez sur :

FISCALITE - Le "gouvernement n'envisage pas du tout d'ouvrir la possibilité" d'une écotaxe au niveau régional, a affirmé Matignon mardi.

Pour éviter toute ambiguïté, Matignon a préféré clarifier la situation : non, l'écotaxe enterrée fin 2014 ne renaitra pas sous une déclinaison régionale. Tel est le message que le cabinet du Premier ministre a tenu à faire passer, au lendemain de nouvelles déclarations envisageant de laisser aux régions la possibilité d'instaurer une telle contribution. Les régions devront trouver une autre source de financement pour rénover leurs routes.

Une idée relancée par Cuvillier. Enterrée en octobre 2014, l'écotaxe a fait son retour dans l'actualité lundi grâce à Frédéric Cuvillier. Le député-maire PS de Boulogne-sur-mer, dans le Pas-de-Calais, a en effet relancer lundi l'idée d'une écotaxe - version régionale - . "Les régions transfrontalières subissent les passages des camions. La régionalisation de l'écotaxe est la solution la plus acceptable", a plaidé l'ancien ministre des Transports. Dans la foulée, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale et tête de liste PS pour les régionales en Ile-de-France, s'était également déclaré "favorable" à la mise en place d'une écotaxe pour les camions en Ile-de-France.

Et envisagée dès juin par Royal. Décliner l'écotaxe au niveau régional n'est en fait pas une idée nouvelle. Avant Frédéric Cuvillier, la dernière personnalité politique a avoir évoqué cette piste est la ministre de l'Ecologie elle-même. "Je pense que c'est une bonne idée, non seulement pour la région Ile-de-France, mais aussi pour d'autres régions", avait estimé Ségolène Royal, à la mi-juin.

Matignon clôt le débat. Une telle hypothèse n'est pourtant pas à l'ordre du jour à Matignon, d'abord en raison de l'aspect explosif de ce dossier - comme l'ont montré les manifestations de colère des "Bonnets rouges"-, ensuite parce que le gouvernement assure être entré dans une phase de pause fiscale à deux ans de l'élection présidentielle. Autant de raisons qui ont conduit le cabinet du Premier ministre à sortir de sa réserve pour souligner qu'il n'y aurait pas d'écotaxe à la sauce régionale.

Le "gouvernement n'envisage pas du tout d'ouvrir la possibilité" d'une écotaxe au niveau régional, a affirmé Matignon à l'AFP mardi. Depuis la liquidation du dispositif, qui avait fait suite à l'abandon de cette mesure par le gouvernement en octobre 2014, "il n'y a plus de sujet d'écotaxe, et il n'y pas lieu de le faire rebondir", a-t-on ajouté. Et Matignon de poursuivre : "entre le moment où l'écotaxe a été suspendue et le moment où on a liquidé le dispositif, il y a eu tout un temps de réflexion sur les alternatives, dont celle-la, mais maintenant, on en n'est plus là. (...) Du point de vue de Matignon, il n'y pas de sujet de retour de l'écotaxe, fut-ce sous la forme d'une écotaxe régionale". Une sortie qui devrait clarifier la situation.