Une avancée dans la sauvegarde du thon rouge

  • A
  • A
Une avancée dans la sauvegarde du thon rouge
Partagez sur :

Pour la première fois, des oeufs de thons rouges ont été obtenus en captivité.

Des oeufs viables ont été obtenus à partir de thons rouges captifs, ce qui constitue une première étape à la domestication de cette espèce dont la survie est menacée par la surpêche.

Très délicate, cette première ponte de thons en captivité a réussi grâce à l'utilisation d'un implant libérateur d'hormone reproductrice, mais aussi à une grande attention accordée à l'alimentation des reproducteurs et à la surveillance de la température de l'eau. "Produire des alevins ou des juvéniles est difficile. C'est un poisson très sensible", a déclaré mercredi Fernando de la Gandara, coordinateur du projet européen Selfdott au Centre océanographique du Murcia en Espagne.

Le but de Selfdott, un projet d'une durée de trois ans qui a démarré en 2008, n'est pas encore l'élevage de juvéniles mais "d'augmenter les connaissances sur l'élevage larvaire de ce poisson", a précisé le scientifique. "Pour maintenir la pêche de façon durable, il faut le reproduire en captivité, en cycle fermé, comme on fait avec la daurade ou le loup" dans des cages en mer, a encore expliqué Fernando de la Gandara.

Le thon rouge est une des espèces les plus convoitées au monde. Le volume des captures en Méditerranée et dans l'Atlantique Est se situe depuis dix ans autour de 50.000 à 60.000 tonnes par an, soit trois fois le potentiel de production du stock de poissons existants, selon la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique.