Un Salon pour un seul chômeur

  • A
  • A
Un Salon pour un seul chômeur
Alain Gutton est parvenu à organiser un Salon du travail pour lui tout seul.@ REUTERS
Partagez sur :

Un homme, auto-baptisé "Super-candidat", organise cet événement mardi pour retrouver du travail.

"Super-candidat" a vu les choses en grand. Alain Gutton, 44 ans, à la recherche d’un emploi depuis sept mois, a monté un événement extraordinaire pour retrouver du travail. L’homme a en effet organisé un Salon du travail… pour lui tout seul. L’événement a lieu toute la journée de mardi, dans le Hall 8 de Paris Expo, Porte de Versailles.

"D'autres chômeurs ont eu avant moi des idées formidables. Moi, j'ai 20 ans de métier et sept mois de chômage et j'ai décidé d'organiser un salon pour moi tout seul après avoir créé suffisamment de buzz autour de l'opération", expliquait Alain Gutton la semaine passée. "L'objectif est de faire venir à moi recruteurs, directeurs de ressources humaines et autres, après avoir attiré l'attention avec humour, montré ce que je sais faire" avec cette campagne de communication "un peu décalée" et en grand, explique-t-il.

Un seul rendez-vous

C’est donc dans un grand bâtiment de béton de près de 5.000 mètres carré, quasiment vide, que "Super-candidat " est prêt à recevoir ses employeurs potentiels. Au centre de la grande salle, trois chaises, une table basse, une lampe et un ordinateur. Dans la matinée, pas d’employeur à l’horizon, mais de nombreux journalistes attirés par l’atypique opération.L'homme a finalement eu un entretien avec un laboratoire, bluffé par son culot, en fin d'après-midi.

Malgré cette faible affluence, l’homme ne se montre pas inquiet. Il s’attend à devoir patienter quelques jours pour laisser le temps aux employeurs de se manifester. Car ce Salon sur mesure est avant tout le point d’orgue d’une vaste opération destinée à faire connaître "Super-Candidat". Alain Gutton a mis à profit 20 ans d’expérience dans le marketing pour se vendre. Il est parvenu à mobiliser plusieurs partenaires autour de son projet.

"J'ai fait mon métier"

L’homme a financé l'opération grâce à l'un de ses partenaires, dont il ne veut pas communiquer le nom, et n'a déboursé, selon ses dires, au maximum 250 euros.

Des comptes Viadeo, Twitter, mais aussi un site internet (me-recruter.com) ont participé à faire monter le buzz autour de l’initiative de "Super-Candidat". "J'ai constitué autour de moi une équipe qui soit capable de mettre tout cela en place. J'ai fait mon métier en fin de compte", résume Alain Gutton.