Une semaine qui s'annonce chargée sur le front social

  • A
  • A
Une semaine qui s'annonce chargée sur le front social
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

CALENDRIER - La mobilisation contre la loi Travail ne faiblit pas : grèves et manifestations sont prévues toute la semaine.

Engagée dans un bras-de-fer avec le gouvernement, la CGT et, dans une moindre mesure, FO ont prévu de continuer à faire monter la pression cette semaine. Une multitude de grèves sont donc prévues tout au long de la semaine pour ne pas faire retomber la dynamique et forcer le gouvernement à renoncer au projet de loi Travail. Europe 1 dresse le calendrier d’une contestation sur tous les fronts qui pourrait se poursuivre jusqu’à une échéance très symbolique : le début de l’Euro de football le 10 juin prochain.

Lundi 30 mai : bis repetita dans les raffineries et les ports ? Tous les employés des raffineries et des terminaux portuaires n’ont pas encore voté la poursuite ou non de la grève, une consultation qui devrait le plus souvent avoir lieu lundi matin. Le blocage pourrait donc se poursuivre, d’autant que les employés de la Compagnie Industrielle Maritime (CIM) du Havre ont envoyé un signal en votant vendredi après-midi pour la poursuite du mouvement. Les employés de la raffinerie Total de DOnges ont également voté vendredi une grève illimitée.

>> Carburant : la carte de France des stations où il reste du carburant, c’est par ici

Mardi 31 mai et mercredi 1er juin : la SNCF au ralenti. Comme toutes les semaines depuis la mi-mai, la CGT appelle les cheminots à débrayer mardi et mercredi pour contester le loi Travail mais aussi la réforme de leurs conditions de travail. Mais cette mobilisation à répétition semble fléchir : la SNCF a comptabilisé 10,6% de grévistes mercredi dernier, alors qu’ils étaient 35,5% début mars. En outre, la CFDT a levé son préavis de grève, convaincue par la dernière proposition de la direction.

Jeudi 2 juin : la RATP à l'honneur. En plus des deux jours de grève hebdomadaires à la SNCF, les transports seront perturbés en région francilienne. La CGT, premier syndicat à la RATP, appelle à la grève illimitée à partir du 2 juin pour demander la réouverture des négociations salariales annuelles et le retrait du projet de loi Travail. On ignore encore l’ampleur de la mobilisation, le trafic n’ayant été perturbé que sur les lignes de RER lors de la précédente journée de mobilisation, le 26 mai.

Du vendredi 3 au dimanche 5 juin : les aéroports ne sont plus menacés. Tous les syndicats de l'Aviation civile appelaient à la grève durant le dernier week-end avant que la France accueille l’Euro. Une grève qui n’est pas en lien direct avec le projet de loi Travail puisque qu’il s’agissait d’obtenir l'arrêt des baisses d'effectifs et de peser sur la renégociation de leur cadre social et indemnitaire. Les syndicats ont finalement renoncé à ces journées d'action.

Du 11 au 14 juin : Air France en grève en plein Euro. Si la menace d'une grève des contrôleurs aériens a disparu, les syndicats de pilotes chez Air France ont en revanche décidé de frapper fort : ils appellent à la grève du 11 au 14 juin, c'est-à-dire au lendemain de la cérémonie d'ouverture de l'Euro de football. Ce mouvement n'a rien à voir avec la loi Travail, les pilotes de ligne contestent toujours les mesures de productivité prises par la direction, cette dernière estimant qu'ils n'ont pas respecté leurs engagements pris dans le cadre du plan Transform 2015.

>> Projet de loi El Khomri : ce qu'il pourrait changer pour les salariés, à lire ici.