Triple A : "c'est quasiment fait"

  • A
  • A
Triple A : "c'est quasiment fait"
Pour Marc Touati, la dégradation de la note française entraînerait un "cercle infernal".@ Reuters
Partagez sur :

Pour l'économiste Marc Touati, la dégradation de la note française est inéluctable.

L'annonce fracassante de Standard & Poor's est un carton jaune avant le carton rouge. C'est l'analyse qu'a fait Marc Touati, stratégiste chez Assya Compagnie, sur Europe 1 lundi. Pour lui, l'avertissement de S&P, qui concerne la France mais aussi l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande, le Luxembourg et les Pays-Bas, n'est qu'une étape vers la dégradation du tripe A.

Pour Marc Touati, "c'est quasiment fait" :

"Généralement, quand on fait un avertissement de ce type, surtout quand on rentre dans le détail d'une dégradation de deux crans éventuelle, c'est que c'est quasiment fait", a-t-il asséné. Et si la note française finit par être dégradée, "cela peut générer ce qu'on appelle un cercle infernal". En effet, en cas de dégradation, "les taux d'intérêts que paie l'Etat français sur sa dette publique vont encore augmenter".

"L'effet domino continue"

Or, si les taux d'intérêt augmentent, "cela peut casser le peu de croissance qu'on a aujourd'hui". "S'il n'y a pas de croissance, il y a plus de chômage, donc plus de déficit, donc plus de dette et ainsi de suite", craint l'économiste.

Marc Touati voit dans l'annonce de lundi soir un signe que "l'effet domino continue". Après la Grèce, le Portugal, l'Espagne et l'Italie, la France serait donc la prochaine sur la liste. "Et cela arrivera également en Allemagne", elle aussi menacée, souligne-t-il.

Et l'analyste d'estimer que la mise sous "surveillance négative" par S&P "arrive un peu comme une claque, juste après le sommet franco-allemand". "Cela montre tout simplement que malheureusement nos dirigeants n'ont toujours pas compris les mesures qu'il fallait prendre pour sauver la zone euro", conclut l'économiste.