Travail dominical : Bailly a une "mission"

  • A
  • A
Travail dominical : Bailly a une "mission"
Les magasins de bricolage de la région parisienne devraient obtenir l'autorisation d'ouvrir le dimanche.@ MAXPPP
Partagez sur :

Castorama et Leroy Merlin ont ouvert dimanche, malgré l’interdiction. Le gouvernement s'empare du dossier.

L’INFO. Malgré l’interdiction de la justice, 14 des 15 magasins Castorama et Leroy Merlin de la région parisienne ont ouvert leurs portes dimanche. Pour régler le conflit, le gouvernement a nommé Jean-Paul Bailly, l’ancien PDG de la Poste, à la tête d’une mission de concertation sur le travail dominical.

Une situation inextricable. Un problème se pose au gouvernement. D’un côté, il est opposé par principe au travail dominical, d’un autre, il ne veut pas assumer la polémique qui entoure la situation des magasins de bricolage de la région parisienne. Cette situation est directement liée à la loi Mallié de 2009. A l’époque, ce député UMP des Bouches-du-Rhône parvient à convaincre sa majorité de modifier la législation. Il est alors affirmé que le travail dominical est interdit tout en énumérant une liste d’exceptions.

C’est dans ce cadre que sont inventés les Périmètres d’Usage de Consommation Exceptionnel (PUCES) et les zones à intérêt touristique, seuls habilités à demander des dérogations à la règle. Problème : cela a créé des inégalités territoriales flagrantes. Certains magasins doivent rester fermés le dimanche pendant que leurs concurrents peuvent ouvrir le rideau à quelques centaines de mètres.

L’objectif du gouvernement. Pour l’équipe ministérielle, il n’est pas question de remettre en cause ni la loi, ni le travail le dimanche. Pour être crédible, il faut donc composer. C’est dans ce but qu’à été nommé Jean-Paul Bailly. Sa mission sera notamment de mettre les partenaires sociaux autour de la table et de trouver une solution qui satisfasse tout le monde et qui protège le principe du repos dominical.

Sans aucun doute, les négociations aboutiront à une autorisation spécifique concernant l’ensemble des magasins de bricolage pour la région parisienne. La question porte plus sur les conditions de ces autorisations. L’ordre de mission de Bailly est simple : si les magasins veulent obtenir l’ouverture le dimanche, ils devront garantir que les employés seront volontaires pour travailler, qu’ils seront très bien rémunérés et qu’ils pourront récupérer des jours de repos pendant la semaine.


-------------------------------------------------------------------------------------------------

>> A LIRE également sur Europe1.fr :

Travail le dimanche : quel impact économique ?

Travail du dimanche : Castorama et Leroy Merlin bravent l'interdiction