Travail de nuit : l'intersyndicale menace d'attaquer Marionnaud

  • A
  • A
Travail de nuit : l'intersyndicale menace d'attaquer Marionnaud
Alors que la justice vient de confirmer l'interdiction, pour Sephora, d'ouvrir son magasin des Champs-Elysées au-delà de 21 heures, son concurrent Marionnaud, qui rouvre vendredi son magasin sur la même avenue après cinq mois de travaux, rouvrira, lui, jusqu'à minuit.
Partagez sur :

INFO E1 - Le Clic-P, qui a obtenu la fermeture de Sephora sur les Champs-Élysées le soir, fera "la même chose" avec Marionnaud, qui entend ouvrir jusqu'à minuit.  

INFO E1 - L'intersyndicale parisienne (CLIC-P), celle qui a obtenu de la justice la fermeture du parfumeur Sephora sur les Champs-Élysées après 21h, menace désormais de poursuivre son concurrent Marionnaud, qui entend ouvrir jusqu'à minuit, selon les informations recueillies par Europe 1.

Le contexte. Alors que la justice vient de confirmer l'interdiction, pour Sephora, d'ouvrir son magasin des Champs-Elysées au-delà de 21 heures, son concurrent Marionnaud, qui rouvre vendredi son magasin sur la même avenue après cinq mois de travaux, a annoncé qu'il souhaitait de son côté ouvrir jusqu'à minuit. Le parfumeur dérogerait ainsi à la loi sur le travail de nuit. Mais la direction met en avant un accord, signé en 2001, avec tous les syndicats pour justifier sa décision.

La menace. Mais Marionnaud risque de ne pas s'en tirer si facilement. "Nous ferons la même chose que pour Sephora. Si Marionnaud ne respecte pas la loi, nous irons en référé devant le tribunal", menace auprès d'Europe 1 Eric Scherrer (Seci-Unsa, ex CFTC), membre de Clic-P, l'intersyndicale qui a obtenu la fermeture en soirée du Sephora des Champs. "Marionnaud fait de la provocation pure et simple. Il va être hors la loi et il communique même dessus !", renchérit Karl Ghazi, secrétaire générale de la CGT des commerces de Paris, également membre de Clic-P. "Même avec un accord salarial, il est interdit de travailler la nuit, sauf si c'est indispensable à l'activité (dans un hôtel, une clinique etc.) ou si c'est nécessaire socialement (dans un centre d'accueil de SDF par exemple). S'il est avéré que des salariés y travaillent après 21h, nous l'attaquerons", argue-t-il.

"Travailler de nuit est hors la loi. Au mieux, en vertu de l'accord salarial, Marionnaud peut obtenir une fermeture à 22h", poursuit Eric Scherrer.

La raison de la menace. "Travailler la nuit est mauvais pour la santé et entraîne des contraintes que tous les salariés ne peuvent pas surmonter, liées aux transports ou à la garde d'enfants", poursuit Karl Ghazi. Et d'enchaîner : "cela risque également d'entraîner des filtres à l'embauche. Si un candidat ne peut pas travailler la nuit, il pourrait ne plus être embauché".