Transports gratuits : ces villes ont déjà tenté l'expérience

  • A
  • A
Transports gratuits : ces villes ont déjà tenté l'expérience
L'Estonie s'apprête à inaugurer son réseau national de bus gratuit.@ RAIGO PAJULA / AFP
Partagez sur :

Alors que la Ville de Paris réfléchit à instaurer la gratuité des transports en commun dans les années à venir, retour sur ces villes dans le monde qui ont déjà tenté l'expérience.

CIRCUITS COURTS

Et si, dans un avenir proche, les transports parisiens étaient gratuits ? La question est sur la table depuis que la maire de Paris Anne Hidalgo a lancé, en mars, une "une étude sur la gratuité des transports en commun". L'idée est dans l'air du temps alors que l'Estonie deviendra le 1er juillet le premier pays au monde à proposer un service de bus entièrement gratuit à l'échelle nationale. Le cas estonien, le plus abouti, servira sans doute de base à l’étude commandée par la Ville de Paris. Mais la capitale peut aussi s'appuyer sur d'autres expériences, plus ou moins couronnées de succès. 

L’émission Circuits Courts consacre mercredi 13 juin un numéro spécial "Les transports gratuits, est-ce possible et efficace ?". Autour d’Anne Le Gall et Maxime SwitekJérôme Baloge, maire de Niort, ville qui a le plus important réseau de transports gratuits de France, et Cécile Maisonneuve, présidente du think tank La Fabrique de la cité, débattront du réalisme d'un réseau de transports gratuits.  

Tallinn, modèle unique

La mairie de Paris cite ainsi en exemple la ville de Tallinn, en Estonie, seule capitale au monde à disposer d’un réseau de transports en commun gratuits. La mesure est entrée en vigueur en 2013 et concerne uniquement les 440.000 habitants de la ville (les habitants de la banlieue et les touristes ne sont donc pas concernés). Après trois ans, Tallinn mettait en avant une hausse de la fréquentation de 8% et surtout des profits annuels de sa régie des transports de l’ordre de 20 millions d’euros.

Comparaison limitée. Une bonne santé budgétaire qui s’explique par le fonctionnement de la gratuité, financée par une ponction annuelle de 1.000 euros sur l’impôt sur le revenu de chaque habitant. Or, entre 2013 et 2016, 25.000 personnes supplémentaires ont emménagé à Tallinn, une source de revenu importante. Mais selon des études menées sur place, le nombre de voitures n’a pas diminué et le temps de trajet moyen a augmenté de quelques minutes, notamment car les habitants utilisent très peu le vélo. Reste que le gouvernement a jugé l'expérience assez satisfaisante pour instaurer en juillet la gratuité des bus dans toute l'Estonie.

Si Tallinn est un exemple pour la mairie de Paris, la comparaison reste limitée. La capitale estonienne compte cinq fois moins d’habitants que la Ville lumière et surtout, son réseau de transports se limite à une soixantaine de lignes de bus et quatre tramways. Rien à voir avec les 14 lignes de métro parisiennes, les cinq RER, les bus en pagaille et le réseau transilien SNCF. Anne Hidalgo le reconnaît d’ailleurs sans peine : "aucune agglomération de la taille de Paris n'a toutefois mis en place à ce jour un tel dispositif" de gratuité. En effet, dans les pays en pointe sur cette question, comme le Brésil ou les États-Unis, ce sont principalement des villes de moins de 20 à 30.000 habitants qui sont concernées.

Portland, 37 ans et puis s’en va…

L’exemple de Tallinn est d’autant plus à nuancer que la plupart des tentatives d'instaurer la gratuité des transports en commun dans des grandes villes se sont avérées plutôt infructueuses. La plus parlante est celle de Portland, aux États-Unis. La plus grande ville de l’Oregon avait instauré dès 1975 la gratuité dans le centre-ville, une petite zone de la taille du 11ème arrondissement de Paris. Les bus, métros et tramways étaient gratuits avec pour objectif de combler le manque de parking et de lutter contre la pollution de l’air, des enjeux similaires à ceux de Paris.

L’expérimentation a connu un premier coup d’arrêt en 2010 quand les bus ont été exclus de l’offre gratuite. La ville avait besoin de faire des économies et la gratuité pesait sur les finances publiques. Finalement, en 2012, la ville de Portland a coupé court dans le cadre d’un nouveau plan d’économies, mais pas uniquement… La régie a constaté une augmentation des fraudes sur les lignes concernées, les passagers embarquant dans la zone gratuite en profitant pour aller bien au-delà.

Et en France ?

Il faudra notamment résoudre la question du financement, propre à chaque pays en fonction de sa fiscalité. Dans l’Hexagone, une vingtaine de villes appliquent déjà la gratuité des transports en commun, sur une partie ou plus rarement sur la totalité du réseau, notamment à Niort depuis l’an dernier et Dunkerque devrait suivre (pour l’instant les bus sont gratuits uniquement le week-end). Dans les deux cas, l’objectif était d’augmenter la fréquentation sans s’asseoir sur une manne financière pour autant. En effet, à Niort, les billets ne représentent que 10% des recettes, le reste provenant du versement transport, une taxe payée par les entreprises de plus de onze salariés.

Ne plus faire payer les voyageurs peut donc ne pas coûter grand-chose dans certaines villes. Mais l’équation est plus complexe en Île-de-France, où les billets et les forfaits Navigo représentaient encore 28% du financement du réseau de transports en 2016, soit 2,8 milliards d’euros. De plus, l’objectif avancé à Niort ou Dunkerque d’attirer plus de voyageurs tient moins à Paris, où le réseau est déjà saturé (4,6 milliards de voyageurs par an). Rien de tout cela n’échappera aux experts mandatés par Paris pour conduire l’étude sur la gratuité. Reste à savoir ce qu’ils en tireront comme conclusions.