Total : Patrick Pouyanné va prendre le relais

  • A
  • A
Total : Patrick Pouyanné va prendre le relais
@ MAXPPP / REUTERS
Partagez sur :

NOMINATION - Il sera accompagné de l'ancien PDG du pétrolier, Thierry Desmarest, pour faciliter la transition après la mort soudaine de Christophe de Margerie.

Orphelin de son PDG Christophe de Margerie, décédé dans la nuit de lundi à mardi suite au crash de son avion, le groupe Total devait se trouver un nouveau dirigeant. Réuni mercredi matin, le conseil d'administration a tranché : ce sera Patrick Pouyanné, actuel directeur général de la branche Raffinage-Chimie, dixit une source syndicale.

Mais comme diriger une telle multinationale ne s'improvise pas, le conseil d'administration a aussi chargé Thierry Desmarest, prédécesseur de Christophe de Margerie, d'épauler Patrick Pouyanné, le temps que ce dernier s'adapte au poste. C'est donc un tandem qui a été désigné pour faciliter la transition.

>> LIRE AUSSI - Dans quel état Christophe de Margerie laisse-t-il Total ?

22.10.Thiery.desmarest.Total.Reuters.640.640

© REUTERS

Thierry Desmarest de retour aux manettes. L'ancien patron de Total reprend donc temporairement du galon. Président d'honneur du groupe depuis 2010 - date à laquelle il a passé la main à Margerie -, Thierry Desmarest ne devrait pas avoir de mal à gérer les affaires courantes. François Pelegrina, responsable du syndicat CFDT au sein du groupe soulignait d'ailleurs que Thierry Desmarest, président d'honneur, "peut assurer sans souci" un intérim car "il fait partie des sages de ce groupe qu'il a dirigé".

22.10.Patrick.Pouyanne.Total.e1default.640.640

Patrick Pouyanné , futur patron. La tradition chez Total veut que le PDG soit choisi en interne, et non débauché dans une autre entreprise. Dès lors, deux noms circulaient : Patrick Pouyanné, le directeur général de la branche Raffinage-Chimie, et Philippe Boisseau, directeur général Marketing & Services et Énergies nouvelles. Les deux hommes étaient déjà considérés comme dauphins potentiels lors de leur entrée en janvier 2012 au comité exécutif de Total.

C'est finalement Patrick Pouyanné, 51 ans, qui a été choisi. Polytechnicien et ingénieur du corps des Mines, il dirigeait la branche Raffinage-Chimie depuis 2011. Il occupera pleinement les fonction de PDG en 2015, lorsque Thierry Desmarest, touché par la limite d'âge, lui transmettra le titre de "président".

Une transition bien accueillie en interne. Cette double annonce a été bien accueillie, d'autant que Total a préféré ne pas passer par une direction temporaire, probablement pour éviter toute bataille interne pour le poste de PDG. La CFDT, premier syndicat au sein de l'entreprise, s'est ainsi félicité de la nomination d'un "duo solide et rassurant".

"C'est dans la continuité de ce que fait le groupe Total, donc ce n'est pas une surprise. On utilise les compétences qui sont à l'intérieur de ce groupe, c'est bien", a précisé François Pelegrina, coordinateur de la CFDT. Même son de cloche du côté de la CFE-CGC, qui voit en Patrick Pouyanné "un industriel qui connaît bien le groupe", doté d'un "fort caractère" et d'une "capacité de travail hors-norme".

Un impératif, combler rapidement le vide, et de nombreux défis. Privé de son patron, le groupe pétrolier devait trouver un remplaçant. Et ce le plus rapidement possible, comme l'avait souligné mercredi matin sur Europe 1 Jean-François Renucci, secrétaire général de la Fédération Chimie-Energie de la CFDT : "il faut aller très vite parce qu’un groupe multinational de dimension mondiale ne peut pas se passer d’une gouvernance".

Le futur PDG sera confronté aux défis importants d'une croissance moindre de la production d'hydrocarbures, d'une crise du raffinage en Europe et des retards pris dans le développement de certains projets. Sans oublier de reconstituer tout le réseau dont bénéficiait Christophe de Margerie, qui pouvait parler à l'oreille de nombreux chefs d'Etat.

>> LIRE AUSSI - Total, EDF, Areva : le secteur de l’énergie perd ses capitaines