Tempête Zeus : comment se faire indemniser ?

  • A
  • A
Tempête Zeus : comment se faire indemniser ?
Ici les dégâts à Brive-la-Gaillarde. En tant que propriétaires, nous ne sommes malheureusement pas automatiquement indemnisés.@ DIARMID COURREGES / AFP
Partagez sur :

Le bilan de la tempête Zeus est lourd : deux automobilistes décédés, plusieurs personnes blessées et d’importants dégâts matériaux. Europe 1 fait le point sur les démarches à accomplir pour se faire indemniser. 

Peut-être avez-vous subi des dégâts suite au passage de la tempête Zeus qui a traversé une grande partie du territoire lundi et mardi matin. La tempête a couché des arbres sur des lignes électriques, des voies SNCF, des routes mais aussi sur des maisons ou des voitures entraînant parfois des dégâts matériels importants.

L’indemnisation est-elle automatique ? En tant que propriétaires, nous ne sommes malheureusement pas automatiquement indemnisés. Plusieurs conditions sont en effet nécessaires pour qu’une compagnie d’assurance intervienne. Et, pour la tempête Zeus, n’espérez pas vous faire indemniser par l’Etat car cet épisode venteux n’est pas classé au titre de catastrophe naturelle car la puissance des vents  moyens et des rafales sont inférieures à celles retenues par l’article L122-7 du code des assurances.

Rassurez-vous tout de même, tous les contrats d'assurance de biens (multirisques habitation, multirisques entreprise, multirisques automobile…) comportent obligatoirement une garantie qui prend en charge les dégâts occasionnés par le vent (chute d'arbre, toit endommagé ou arraché, mobilier détérioré par la pluie suite à un dommage de toiture, etc.). Notez toutefois que certaines compagnies d’assurance peuvent demander à la station météorologique la plus proche un certificat attestant l’intensité exceptionnelle de l’évènement, soit des vents supérieurs à 100km/h, pour qualifier l’évènement de tempête.

Comment et quand déclarer le sinistre ? Ne tardez surtout pas pour contacter votre assureur. En effet, vous ne disposez que de cinq jours après le passage de la tempête pour effectuer votre déclaration de sinistre par téléphone, mail  ou courrier recommandé. En parallèle, pensez à prendre des photos des dégâts, regroupez toutes les factures que vous avez  sur les biens endommagés et limitez l’aggravation des dégâts.

Un expert est-il obligatoire ? Un expert ne se rendra à votre domicile que si votre assureur le juge nécessaire. Pris en charge par la compagnie d’assurance, il fixera le montant des dommages en accord avec vous. Et si jamais vous souhaitez des conseils, vous pouvez très bien faire appel à un expert de votre choix en parallèle.

Que couvre la garantie tempête ? Evidemment, l’indemnisation dépend des conditions prévues dans votre contrat d’assurance. Attention à bien lire les petits caractères des contrats. En règle générale, la garantie tempête couvre les tuiles arrachées, les façades abîmées par la chute d’arbres, les dommages causés par la pluie et même le relogement si la tempête a rendu votre maison inhabitable. Si vous avez une cave, sachez qu’elle est automatiquement assurée, tout comme les piscines ou vérandas si elles sont mentionnées dans votre contrat. Si jamais ce sont vos meubles qui ont subi des dommages alors ils sont assurés dans les mêmes termes que pour un incendie. Même chose pour les véhicules. Cela peut donc vous coûter très cher si vous n’avez qu’une assurance aux tiers.

A quelle hauteur somme-nous indemnisés ? Le montant de ce que vous allez percevoir est ensuite calculé d’après les valeurs de reconstruction des bâtiments touchés. Autrement dit, une fois que le devis est validé, vous touchez une somme correspondant au montant des réparations. Concernant le mobilier, le remboursement dépend des contrats car les assurances appliquent soit un coefficient de vétusté soit un remboursement à neuf.

Enfin, n'oubliez pas que la garantie tempête ne concerne que les dégâts matériels, et pas les personnes. Si une branche vous tombe sur la tête ou si un objet projeté par le vent vous blesse, ce n'est pas elle qui vous indemnisera, mais, par exemple, le contrat complémentaire santé et la "garantie des accidents de la vie".