Téléphonie : les Européens inégaux face aux tarifs

  • A
  • A
Téléphonie : les Européens inégaux face aux tarifs
Partagez sur :

Les écarts de prix pour appeler depuis un téléphone portable varient de 1 à 8 en Europe.

L'écart. Passer un coup de fil depuis son téléphone portable n'a pas le même prix dans les différents pays de l'Union européenne. Il faut même débourser presque 8 fois plus aux Pays-Bas qu'en Lituanie pour une communication nationale, indique mardi la Commission européenne : 14,7 centimes d'euros par minute de communication dans le premier cas contre 1,9 dans le deuxième. La France, elle, se situe au-dessus de la moyenne européenne (9,1 centimes) avec une communication à 12,7 centimes la minute.

Quand il s'agit d'appeler à l'étranger, les Français sont en revanche mieux lotis. Un utilisateur d'Orange paiera 35 centimes la minute, alors que les clients de l'allemand T-Mobile et de l'espagnol Movistar paient respectivement 46,5 et 48 centimes, ceux du belge Belgacom 97 centimes. Les Britanniques clients de Vodafone doivent, quant à eux, débourser près de 3,5 fois plus que les Français (119 centimes par minute).

Pourquoi une telle différence ? D'emblée, la Commission prévient : "ces écarts de prix ne s’expliquent pas par des différences de qualité ou de prix de revient des services, ni par des différences de pouvoir d'achat entre les États membres." Ces variations sont d'autant plus étonnantes qu'elles sont sans commune mesure avec d'autres catégories de biens, souligne Bruxelles. Le prix d'un litre de lait coûte ainsi entre 69 centimes et 0,99 centimes au sein de l'Union européenne, soit un écart de 43%. Celui d'une tablette iPad varie de 11% entre les différents pays membres. On est loin des 774% de différence entre une communication aux Pays-Bas et la même en Lituanie.

Les différences de prix dans la téléphonie mobile "montrent clairement que les 28 marchés nationaux des télécommunications que compte l'Europe aujourd'hui ne constituent pas un avantage pour les consommateurs comme le ferait un marché unique", conclut Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne.  Celle-ci présentera en septembre des mesures pour renforcer le marché unique des télécommunications.