Téléphonie : la 4G généralisée avant 2012

  • A
  • A
Téléphonie : la 4G généralisée avant 2012
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le successeur de la 3G rapportera au moins 2,5 milliards d'euros à l'Etat.

Amateurs de vidéos sur smartphone, patience, la 4G arrive. Le gouvernement a lancé lundi la course à l'Internet mobile très haut débit en arrêtant le calendrier d'attribution des fréquences de téléphonie 4G, hautement stratégiques pour les opérateurs et qui permettront à l'Etat d'empocher un minimum de 2,5 milliards d'euros. La téléphonie mobile de quatrième génération remplacera progressivement la 3G et permettra aux utilisateurs de surfer sur Internet à très haut débit depuis son smartphone, alors que de nouveaux usages comme la vidéo font exploser le trafic de données.

Avec un prix réserve de 2,5 milliards d'euros pour l'achat de ces licences, le ministre de l'Industrie, Eric Besson, estime,lundi dans Le Figaro, honnête le prix minimum fixé. "Ces prix correspondent à ceux pratiqués pour ces mêmes fréquences en Suède, en Allemagne et aux Etats-Unis. La France ne doit pas brader ses fréquences", a-t-il justifié. L'appel à candidature s'ouvrira en juin pour un dépôt des dossiers en septembre. Les fréquences de la bande 2,6 gigahertz - fréquences hautes - seront attribuées en octobre, et celle de la bande 800 mhz - fréquences basses - devraient l'être en janvier 2012.

Plus de concurrence pour la 4G

Le prix de réserve pourrait être dépassé puisque contrairement à la 3G dont seuls SFR, Orange et Bouygues Telecom disposent, la licence 4G sera s'ouvrira. "Rien n'interdit l'entrée d'un cinquième opérateur mobile", a expliqué Eric Besson qui assure avoir déjà reçu des "manifestations d'intérêt de la part de plusieurs nouveaux entrants potentiels". La bande 800 mhz sera découpée en quatre lots, et celle de 2,6 ghz en quatorze lots, ce qui "favorise l'entrée de nouveaux opérateurs, comme les opérateurs mobiles virtuels (sans réseaux propres, ndlr) ou d'autres".

En France, les téléphones portables "multimédia" - les smartphones ou ceux dit "intermédiaires" et permettant toutefois de se connecter au web - représentent 76% du parc actuel, selon l'Observatoire de l'Internet mobile publié en avril par l'opérateur SFR et l'agence GroupM. Le cahier des charges, mis au point par le régulateur des télécoms pour la 4G, l'Arcep, dispose notamment l'obligation pour tous les opérateurs retenus, d'une couverture de la population française de 99,6% d'ici 15 ans, et que le déploiement se fera de manière prioritaire dans les zones rurales pour éviter toute fracture numérique.