Taxes de Trump sur l'acier et l'aluminium : l'UE estime devoir "être exemptée"

  • A
  • A
Taxes de Trump sur l'acier et l'aluminium : l'UE estime devoir "être exemptée"
Cecilia Malmström doit rencontrer Robert Lighthizer samedi à Bruxelles. @ AFP
Partagez sur :

La commissaire européenne au Commerce demande à ce que l'UE soit exemptée des droits de douanes américaines sur les importations d'acier et d'aluminium.

La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a estimé jeudi soir "que l'UE devrait être exemptée" des taxes douanières sur les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis imposées par Donald Trump. "L'UE est un allié proche des Etats-Unis et nous continuons de penser que l'UE devrait être exemptée de ces mesures", a-t-elle tweeté en réaction aux annonces du président américain. "Je vais demander plus de clarté sur cette question dans les jours à venir", a-t-elle ajouté.

Rencontre samedi à Bruxelles. Donald Trump a signé jeudi soir deux documents imposant dans 15 jours des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium, ignorant les mises en gardes répétées de nombre de ses alliés. Le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier des Etats-Unis, en sera cependant exempté "pour le moment", de même que le Mexique. La Maison-Blanche a précisé que tous les pays concernés pourraient entamer des discussions avec les Etats-Unis pour négocier, eux aussi, une éventuelle exemption. "Je suis impatient de rencontrer (le représentant au Commerce des Etats-Unis Robert) Lighthizer samedi à Bruxelles pour discuter", a d'ailleurs souligné Cecilia Malmström dans son tweet. Robert Lighthizer est attendu samedi dans la capitale belge pour une réunion à la Commission européenne prévue de longue date. 



Des contre-mesures de l'UE ? La réunion sera "une bonne occasion d'avoir un dialogue franc et ouvert sur les mesures que compte prendre l'UE au cas où les Etats-Unis adoptent les mesures annoncées", avait-on précisé à la Commission avant les annonces de Donald Trump. Cecilia Malmström avait présenté ces contre-mesures : la première consiste à mettre en place des taxes sur une liste de produits américains emblématiques, comme les jeans ou le beurre de cacahuète, afin de compenser la perte pour l'industrie européenne et d'envoyer un message politique. Les Européens pourraient aussi instaurer des mesures dites "de sauvegarde" pour protéger les secteurs de l'acier et de l'aluminium des flux étrangers qui ne trouveraient plus de débouchés sur le marché américain. L'UE envisage, enfin, de déposer une plainte devant l'Organisation mondiale du commerce, peut-être avec les autres pays concernés.

Tollé républicain contre les taxes de Trump. De nombreux responsables et membres de la majorité républicaine du Congrès américain ont également dénoncé sans détour la décision de Donald Trump d'imposer prochainement des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium. "Je suis en désaccord avec cette décision et j'en crains les conséquences imprévues", a déclaré le président de la Chambre des représentants Paul Ryan, un allié proche et jusqu'ici fidèle du président, dans un communiqué. Un sénateur républicain, Jeff Flake, a immédiatement annoncé le dépôt prochain d'une proposition de loi visant à annuler ces taxes. "Les guerres commerciales ne sont jamais gagnées, elles sont toujours perdues", a-t-il prévenu. Les républicains s'inquiètent de la hausse prévisible des coûts pour les fabricants américains ayant recours à de l'acier étranger, et donc de la hausse des prix pour les consommateurs.