Taxe carbone : cacophonie au gouvernement

  • A
  • A
Taxe carbone : cacophonie au gouvernement
Partagez sur :

Jean-Louis Borloo s'est attiré les foudres en plaidant samedi pour un "chèque vert" pour redistribuer les fruits de la taxe carbone.

Sur le principe, la taxe carbone est actée. Le gouvernement entend ainsi changer les habitudes des consommateurs en taxant les produits les plus énergivores pour doper les ventes des biens les plus respectueux de l’environnement. Mais les ministres ne semblent pas du tout d’accord sur la manière de mettre en place cette réforme qui devrait être bouclée cet été.

Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Ecologie, a ouvert une brèche samedi en plaidant pour un "chèque vert" qui permettrait de redistribuer intégralement et directement aux ménages le produit de la taxe carbone ou "contribution climat-énergie". Une idée contestée sans détour par le ministre du Budget. "Pour ma part, je ne suis pas favorable à la distribution de nouveaux chèques, verts ou pas : voilà 30 ans que l'Etat fait des chèques", a déclaré Eric Woerth.

"Faut-il redistribuer le produit (de la taxe carbone) ? C'est une autre question", a-t-il même souligné, précisant que rien n'était "encore arbitré". Le gouvernement avait assuré jusque là que la taxe carbone ne serait pas un impôt de plus et que ses fruits seront donc redistribués pour que la mesure soit "neutre".

Cette cacophonie agace Michel Rocard, chargé d’animer la Conférence des experts qui doit proposer des solutions concrètes pour mettre en place la taxe carbone. "Ce que dit Borloo n'est évidemment pas idiot. Mais il nous gêne en parlant trop tôt, avec son annonce anticipée", a commenté Michel Rocard. Avant d’adresser une mise en garde valable pour le ministre de l’Ecologie comme pour l’ensemble du gouvernement : "s'il a déjà la réponse, tout ce que nous faisons devient sans objet".

L’ancien premier ministre socialiste assure, dans un entretien à Capital.fr, que l'idée d'un chèque vert est "techniquement facile et politiquement habile". Mais il estime que ce chèque devrait être distribué sous condition de ressources : "faut-il que tous les ménages, même les plus riches reçoivent ce chèque ? Je ne le pense pas. Pour redistribuer la taxe carbone, un chèque vert sous condition de ressources peut être une meilleure idée."