Taxe à 75 % : qu'en disent les patrons ?

  • A
  • A
Taxe à 75 % : qu'en disent les patrons ?
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le projet de François Hollande de la faire payer par l'employeur irrite les chefs d'entreprise.

La taxe à 75 % n'en a pas fini de faire grincer des dents. Jeudi soir, dans son intervention sur France 2, François Hollande a précisé la nouvelle forme que prendrait cette contribution sur les très hauts revenus. Et puisque le Conseil constitutionnel a refusé qu'elle soit payée directement par ceux qui gagnent plus d'un million d'euros par an, qu'à cela ne tienne, ce sont les entreprises qui devront la prendre en charge.

La phrase. "L'assemblée générale des actionnaires sera consultée sur les rémunérations et, lorsqu'elles dépassent un million d'euros, l'entreprise aura une contribution à payer qui, toutes impositions confondues, atteindra 75%", a détaillé le chef de l'Etat jeudi soir. Du côté des entreprises, cette décision suscite la grogne. Car entre les charges sociales, les charges patronales et ce prélèvement exceptionnel, verser des salaires élevés va devenir très, très couteux.

>> A LIRE AUSSI : Les entreprises devront payer la taxe à 75 %

Un "marqueur anti-entreprises", pour Laurence Parisot. La présidente du Medef a réagit vivement sur France Info aux propos de François Hollande, expliquant qu'elle ne "compren(ait) pas la philosophie du principe exprimé par le président de la République".

Pour la patronne des patrons, cette mesure aura pour principal effet de stigmatiser les entreprises, alors que le gouvernement dit compter sur elles pour relancer la machine économique. "Notre pays a besoin de signaux pro-entreprises, et une fois de plus c'est un marqueur anti-entreprises qui est donné", explique-t-elle. Et de s'interroger : " Que va-t-il se passer pour les plus riches des Français qui ne travaillent pas dans les entreprises? Ceux qui sont profession libérale, artistes, etc. ?"

>> A LIRE AUSSI : Retraites, allocations, les pistes de Hollande

"Pas une priorité", pour Frédéric Oudéa. Le président de la Société Générale, a également critiqué la position du gouvernement, sur Europe1. "Tout le monde doit faire des efforts, mais je pense qu'un taux de 75 % est trop élevé, qu'il soit payé par les entreprises ou par les salariés."

Selon lui, l'accent devrait au contraire être mis sur l'attractivité pour les entreprises. "Nous avons des priorités : renforcer la confiance, et renforcer l'attractivité de la France pour les entreprises du monde entier et les entrepreneurs français. Il est important de s'engager résolument dans toute une série de réformes structurelles. Plus vite on le fait, plus vite on donne de la visibilité."

Les politiques opposés eux aussi. Les patrons ne sont pas les seuls à s'insurger contre la taxe à 75 %. Vendredi matin, sur Europe 1, Jean-Luc Mélenchon a jugé la proposition de François Hollande "décevante". "Il invente sur un coin de table une taxe à 75% dont personne n'avait compris au départ qu'il s'agissait d'une taxe. (...) Comment passe-t-on de 45% à 75% ? Tout ça s'est embrouillé au point d'aller dans le mur".