Tandem franco-allemand pour Heuliez

  • A
  • A
Tandem franco-allemand pour Heuliez
@ REUTERS
Partagez sur :

L'équipementier et constructeur automobile a enfin trouvé repreneurs mercredi.

C’est la fin d’un feuilleton. Heuliez a enfin trouvé un repreneur. Le binôme composé de la société française BGI (Baelen de Gaillard Industries) et de la société allemande ConEnergy a été choisi mercredi pour reprendre l'entreprise Heuliez. Le tribunal de commerce de Niort a préféré ce candidat au fonds d'origine malaisienne Delamore and Owl (D&O), rapporte un correspondant de Reuters sur place.

Partage des activités

La société ConEnergy est associée au groupe Kohl, qui évolue dans le secteur de la santé. Le projet présenté par le tandem franco-allemand prévoit que BGI reprenne les activités traditionnelles d'emboutissage et de carrossage de la société Heuliez New World, placée en redressement judiciaire avec la holding Heuliez Concord.

ConEnergy et le groupe Kohl reprendraient les activités autour de la voiture électrique regroupées au sein de Heuliez Véhicules Electriques (HVE), confiée en attendant à Trans Consult International (TCI), société spécialisée dans la gestion de crises, qui assure un management de transition.

200 licenciements

Les deux sociétés se sont engagées à reprendre 481 salariés sur les 600 qu’emploie l’entreprise (70 en portage, c'est-à-dire en chômage technique et formation) dont 333 pour BGI (20 en portage). Cette entreprise dirigée par François Gaillard, cadre chez Heuliez durant une dizaine d'années, apporterait 3,1 millions d'euros et s'est engagée à verser 1,2 million supplémentaires d'ici un an. L'une de ses activités serait axée sur la construction du châssis et de la carrosserie de la Mia, un véhicule électrique léger et à bas coût présenté au dernier Salon de Genève.

Estrosi content

Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a salué comme "une très bonne nouvelle" la reprise du constructeur automobile. Lors d'une conférence de presse mercredi, le ministre a indiqué qu'il se rendrait en début d'après-midi à Cerisay (Deux-Sèvres), siège de la société, "pour rencontrer les salariés d'Heuliez" et les syndicats.

Le ministre s'est dit "très rassuré" et a insité en particulier sur la préservation des activités d'Heuliez et le sauvetage de 481 emplois. Il a également confirmé que l'Etat apportera 10 millions d'euros "sans lesquels aucune reprise n'aurait été possible", dont 8 millions de prêt pour le développement du véhicule électrique ou encore une prime pour soutenir la revitalisation industrielle. "Je pense simplement aux salariés qui vont être amenés à quitter Heuliez", a ajouté Chrsitian Estrosi. "Ceux qui ont privilégié les postures politiciennes et les fausses annonces nous on fait perdre tant de temps et portent une lourde responsabilité", a-t-il conclu.