Suicide à France Télécom : le management pointé du doigt

  • A
  • A
Suicide à France Télécom : le management pointé du doigt
Partagez sur :

La CFDT fait un "lien direct" entre le suicide d'un salarié en août dernier, à Lannion, et les méthodes d'encadrement du groupe.

Un salarié de France Télécom, âgé de 53 ans, s'est suicidé dans la nuit de 29 au 30 août dernier, sans laisser de message pour expliquer son geste. Marié et père de 3 enfants, Michel, qui travaillait au centre de recherche de Lannion, venait de rentrer de vacances.

"On fait un lien direct entre le suicide et les méthodes de management de l'entreprise, la raison principale du décès est celle-là", a expliqué Christian Wipliez, délégué CFDT, qui a rencontré la famille."Je laisse au CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité, des conditions de travail) le soin de faire une enquête", a-t-il toutefois précisé."Début juillet 2009, Michel a été convoqué" pour "une demande d'explications suite à une accusation anonyme sans preuves", indique la CFDT dans un communiqué. L'employé avait alors consulté le médecin du travail.

Pour le directeur des relations sociales de France Télécom, Laurent Zylberberg, "il faut mieux former les salariés" :

Il s'agit du 22e suicide d'un salarié de France Télécom depuis février 2008, et "le troisième ou quatrième depuis le début de l'été", a précisé Pierre Dubois, délégué CFDT. Un autre agent de France Télécom s'était suicidé à Quimper le 30 juillet.

Le DRH du groupe, Olivier Barberot, fera "des propositions concrètes sur le stress au travail" jeudi, devant un CHSCT national, a annoncé France Télécom.