Spéculation : l’UE se penche sur les CDS

  • A
  • A
Spéculation : l’UE se penche sur les CDS
@ REUTERS
Partagez sur :

Trois pays veulent limiter les outils financiers de spéculation sur la dette des pays.

La France, l'Allemagne et la Grèce ont demandé jeudi à la Commission européenne d'ouvrir une enquête sur le rôle et l'impact des Credit default swaps (CDS) sur le marché des obligations émises par les Etats européens.

Si l'enquête mettait "en évidence que la spéculation a un impact considérable sur les taux d'intérêt, nous devrons examiner rapidement des mesures et le cas échéant, adopter les textes législatifs ou réglementaires nécessaires pour y mettre fin", ont écrit les dirigeants de ces trois pays dans une lettre commune cosignée par Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe.

Plus généralement, ils demandent une intensification des initiatives européennes "en faveur d'une plus grande transparence du marché des produits dérivés conformément aux décisions du G20".

La Grèce, victime des CDS

Les CDS sont des produits financiers qui permettent à un investisseur de se couvrir contre les risques de défaillance d'un emprunteur.

La Grèce a ainsi rencontré depuis plusieurs semaines des difficultés croissantes à emprunter de l’argent sur les marchés. Ces difficultés s’expliquent par la mauvaise santé financière du pays, qui inspire peu confiance.

Mais les spéculateurs ont rendu ces emprunts encore plus compliqué avec les CDS, en spéculant sur un défaut de paiement d'Athènes, avec pour conséquence un renchérissement des taux d'intérêt de la dette grecque.

Vers une régulation du secteur ?

Angela Merkel, Jean-Claude Juncker et Nicolas Sarkozy ont donc demandé à la Commission Européenne de se pencher sur le problème et préconisent "l'interdiction des transactions spéculatives sur les CDS", ainsi que l'imposition d'une "période minimale de détention des CDS".

Ils souhaitent aussi que les autorités de régulation aient "accès aux informations sur la négociation et les portefeuilles de produits dérivés y compris les CDS, au travers d'un enregistrement obligatoire de tous les dérivés de gré à gré auprès de bases de données centrales situées en Europe".