SocGen : la rigueur... sauf pour le patron

  • A
  • A
SocGen : la rigueur... sauf pour le patron
Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale, voit son bonus augmenter de 75% au titre de l'exercice 2012, à près de 1,2 million d'euros, selon le document de référence de la banque.@ REUTERS
Partagez sur :

Le bonus de Frédéric Oudéa augmente de 75%, alors que la banque va supprimer des postes.

Alors que la Société Générale vient d’annoncer plus de 1.000 suppressions de postes, Frédéric Oudéa, le PDG, voit son bonus augmenter de 75% au titre de l'exercice 2012. Le dirigeant va ainsi recevoir près de 1,2 million d'euros, selon le document de référence de la banque, contre un bonus de 682.000 euros au titre de 2011. La rémunération fixe de Frédéric Oudéa reste en revanche inchangée, à un million d’euros.

>>> Mais ce bonus est-il vraiment mérité ? Éléments de réponse.

Une passe difficile… La Société Générale connait depuis plusieurs mois une période sombre. Entre 2011 et 2012, ses bénéfices ont été amputés des deux-tiers. Et l'année 2013 s'annonce encore plus difficile à gérer : au premier trimestre, le bénéfice net a été réduit de moitié par rapport au premier trimestre 2012. Pour combler les brèches, la banque a ainsi annoncé un grand plan d'économies, prévoyant une réduction des dépenses de 900 millions d'euros, qui devraient s'ajouter aux 550 millions d'euros de baisse des coûts déjà réalisée l'an dernier, ainsi que la suppression de centaines d'emplois. "La barre des 1.000 postes sera assez largement dépassée", indiquait même le directeur général délégué de la Société Générale, Jean-François Sammarcelli, sur BFM business la semaine dernière.

>> À lire : les bonus des traders sont (aussi) en hausse  

… Mais des objectifs tenus. Tout ne va toutefois pas si mal. A la Bourse de Paris, l'action Société générale a gagné 5% depuis le début de l'année, et notamment depuis l'annonce de ces économies. De plus, le Conseil d'administration de la banque a conditionné l'octroi de ce bonus au respect d'objectifs fixés en matière de renforcement des fonds propres et de réduction des risques, qui sont en passe d'être tenus. En clair, même si les chiffres sont mauvais, le renforcement de la solvabilité de la banque légitime la hausse du bonus, aux yeux du Conseil d'administration.

Les syndicats voient rouges. Les arguments de la banque ne manquent pas en tout cas pas d'irriter les représentants des salariés. "Cela ne donne pas l'exemple. Quand on préconise l'austérité pour tous, on commence à se l'appliquer à soi même", a ainsi réagi le délégué CGT Michel Marchet, mardi sur FranceInfo. "Quand on veut réduire les coûts, on ne s'octroie pas 75% d'augmentation, même si ça satisfait aux critères fixés par le Conseil d'administration", renchérit le syndicaliste.

>>> Pour notre chroniqueur Vincent Beaufis, entre résultat en rouge et hausse des bonus des traders, il est difficile de juger du réel état de santé des banques :