Smic : vers une hausse légale, sans coup de pouce

  • A
  • A
Smic : vers une hausse légale, sans coup de pouce
La hausse légale et automatique du Smic sera de 1,1% au 1er janvier, a annoncé vendredi le ministre de l'Emploi Michel Sapin, sans préciser si le gouvernement était prêt à donner un coup de pouce supplémentaire.@ Reuters
Partagez sur :

Il s'agit de la hausse légale. Michel Sapin, qui l'officialisera lundi, ne devrait pas annoncer de coup de pouce.

L'INFO. Le salaire minimum va (un peu) augmenter en 2014. La hausse légale et automatique du Smic sera de 1,1% au 1er janvier, a annoncé vendredi le ministre de l'Emploi Michel Sapin, sans préciser si le gouvernement était prêt à donner un coup de pouce supplémentaire. "Par la seule application des nouvelles règles de calcul" de la revalorisation automatique du Smic et compte tenu "d'une inflation de 0,6%", "il y a un gain de pouvoir d'achat", a assuré le ministre, en marge d'une remise de prix au Sénat. Le Smic horaire brut, qui s'élève actuellement à 9,43 euros, passera sur cette base à 9,53 euros.

Vers un coup de pouce ? Michel Sapin doit faire part de la décision du gouvernement sur un éventuel coup de pouce à la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) qui se réunit lundi après-midi. Dans son rapport annuel, le groupe d'experts sur le Smic, chargé d'"éclairer" le gouvernement sur les évolutions du salaire minimum, a préconisé de s'en tenir à la hausse légale. Au début de cette année, le gouvernement avait justement choisi de se limiter à cette hausse légale (+0,3%) pour 2013. Six mois plus tôt, en revanche, au 1er juillet 2012, après l'élection de François Hollande, il avait exceptionnellement fait appliquer une hausse de 2%, dont un coup de pouce supplémentaire de 0,6%.

Les règles ont changé. Les règles de revalorisation automatique du Smic, qui s'appuient sur deux indicateurs, ont été modernisées cette année: l'indice des prix a été modifié pour mieux tenir compte de certaines dépenses (loyer, énergie) et le salaire de base servant de référence élargi à celui des employés. Le gouvernement avait aussi affirmé à cette occasion que l'évolution de la croissance serait "un élément d'appréciation" pour décider d'un éventuel coup de pouce supplémentaire.

Environ 3,1 millions de salariés - 13% de l'ensemble des salariés en France - étaient rémunérés au Smic au 1er janvier 2013, soit un demi-million de plus qu'un an plus tôt, selon une estimation publiée dernièrement par le ministère du Travail.