Smartphones : Apple détrône Nokia

  • A
  • A
Smartphones : Apple détrône Nokia
@ MAXPPP
Partagez sur :

La marque à la pomme vend désormais plus de téléphone high-tech que le groupe finlandais.

Samedi noir pour Nokia. Déjà concurrencé par Samsung dans le domaine les téléphones portables classiques, le fabricant finlandais est désormais dépassé par Apple dans le très juteux marché des smartphones.

Nokia a perdu sa place de numéro un mondial au profit d'Apple et Samsung au deuxième trimestre 2011, selon un rapport du cabinet de recherche américain Strategy Analytics publié vendredi.

110 millions de smartphones vendus en trois mois

Parmi les 110 millions de smartphones vendus au deuxième trimestre, un chiffre en hausse de 76,3% sur un an, le volume des ventes du sud-coréen Samsung et de son concurrent américain Apple ont dépassé celui de Nokia, précise le cabinet.

En termes de volume, Samsung a vendu 19,2 millions de smartphones au deuxième trimestre, une vertigineuse augmentation de 519% sur un an. Sur la première marche du podium, Apple a écoulé 20,3 millions de ses téléphones, alors que Nokia n'en a vendu que 16,7 millions.

Un smartphone vendu sur cinq est un iPhone

"Quatre ans après la mise sur le marché du premier iPhone, Apple est désormais le plus gros vendeur de smartphones dans le monde en volume", souligne le rapport. La part de marché du fabricant américain est passée à 18,5% au deuxième trimestre 2011, contre 13,5% l'an dernier à la même période, poursuit le cabinet.

"La croissance d'Apple est restée solide car il a étendu la distribution de ces téléphones dans le monde, notamment en Chine et en Asie", ajoute le rapport. De son côté, Samsung a vu sa part de marché bondir à 17,5% au deuxième trimestre, contre 5% un an auparavant, le propulsant à la deuxième place du marché des smartphones.

Nokia peine à s’adapter

Parallèlement, la part de marché de Nokia s'est effondrée à 15,2% contre 38,1% l'année passée, selon le cabinet. Contrairement à son habitude, Nokia a cessé de publier sa part de marché estimée, qu'il calculait encore à 29% au premier trimestre, loin des 40% qu'il contrôlait encore début 2008.

"C'est une année difficile pour le groupe", a concédé vendredi le porte-parole de Nokia Doug Dawson, avant d’ajouter : "nous sommes dans une phase de transition qui est nécessaire pour jeter les fondations d'un groupe Nokia plus solide".