Six groupes de travail pour calmer les agriculteurs

  • A
  • A
Six groupes de travail pour calmer les agriculteurs
Partagez sur :

C’est l’engagement pris à l’issue d’une réunion mercredi à Bercy consacrée aux prix et aux marges dans la grande distribution.

Ils étaient venus pour obtenir "un engagement des industriels et de la distribution sur la transparence des prix". Les agriculteurs sont ressortis mercredi d’une réunion qui a duré une heure et demie avec la promesse de la mise en place de six groupes de travail. Etaient présents à Bercy, le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, et le secrétaire d'Etat à la Consommation, Luc Chatel. En revanche, les grands noms de la grande distribution étaient absents.

"On ne peut pas être totalement satisfait lorsque tous les acteurs ne sont pas autour de la table", a déclaré à sa sortie Jean-Michel Lemétayer, le président de la FNSEA, le principal syndicat agricole. L'association de consommateurs UFC-Que choisir, aussi invitée, a également regretté "la dérobade" de la grande distribution.

Seul Jérôme Bédier, le président de la Fédération du commerce et de la distribution, était en fait présent. Michel-Edouard Leclerc, n°1 du secteur, qui a été la cible des critiques des représentants syndicaux d’agriculteurs, n'avait pas fait le déplacement. Comme Intermarché, son enseigne a été également représentée par la Fédération du commerce et de la distribution, ce qui n'est pas le cas d'ordinaire.

Parmi les chantiers de réflexion qui vont être ouverts : le bilan du volet distribution de la Loi de modernisation de l'économie et le renforcement des filières agricoles "les plus fragiles", comme les fruits et légumes, le lait et les viandes, notamment le porc.

La réunion organisée de mardi avait été réclamée par la FNSEA, après le blocage de plates-formes d'approvisionnement de la grande distribution la semaine dernière. Les agriculteurs entendaient alors dénoncer les marges appliquées dans les supermarchés. Le ministre de l’Agriculture avait alors promis des contrôles généralisés sur les prix et des "sanctions" si nécessaire.