SFR accusé de vendre de la 4G a des clients qui ne la captent pas

  • A
  • A
SFR accusé de vendre de la 4G a des clients qui ne la captent pas
Une boutique de l'opérateur télécom SFR.@ ERIC PIERMONT/AFP
Partagez sur :

CONSO - L'association de consommateurs Familles rurales a annoncé mardi avoir lancé une action de groupe contre l'opérateur télécom pour information trompeuse sur la vente de ses forfaits 4G.

L'association de consommateurs Familles rurales avait prévenu fin 2013 tous les opérateurs télécoms : l'arrivée de la 4G ne doit pas être prétexte pour faire des promesses mensongères. Plus d'un an après, SFR est visiblement le seul à ne pas l'avoir écouté : l'entreprise est désormais la cible d'une action de groupe, aussi appelée "class action".

Que reproche Familles rurales à SFR ? Familles rurales accuse SFR d'avoir induit les consommateurs en erreur dans sa communication sur son réseau 4G, en laissant penser "que l'offre était accessible sur une large partie du territoire, plus étendue que la réalité". "Les consommateurs n'ont pas bénéficié d'une information fiable. De nombreux clients ont ainsi pu souscrire une offre 4G alors que SFR savait cette technologie non disponible sur leur territoire", accuse l'association.

Une dérive que l'association avait pourtant anticipé lors du lancement des offres 4G, prévenant les opérateurs qu'elle ferait très attention à leur discours commercial. Mais "contrairement à d'autres opérateurs, SFR n'a pas souhaité faire évoluer ses pratiques", selon l'association, qui voudrait obtenir de la justice que tous "les consommateurs qui ont dû s'équiper d'un terminal 4G puissent être remboursés".

Les actions de groupe, une formule qui monte en puissance. L'association a donc décidé de coordonner une "action de groupe", c'est-à-dire une plainte collective de consommateurs contre une entreprise. Ce mode d'action, entré en application en octobre 2014, comble visiblement un vide puisqu'il rencontre un grand succès. Foncia est ainsi poursuivi pour avoir fait payer à ses clients des frais indus, Axa se voit reprocher de ne pas avoir respecté les clauses prévus par un de ses contrats d'assurance-vie. Paris Habitat OPH, un bailleur qui gère une grande partie des logements sociaux en région parisienne, a également été poursuivi pour des charges jugées indus.

Une class action est également en préparation contre les sociétés d'autoroutes pour contester leurs tarifs sur certaines portions, tandis qu'un collectif d'usagers du RER A tente de trouver une association de consommateurs pour l'aider à poursuivre le RATP et la SNCF, accusés de ne pas respecter leurs engagements en termes de ponctualité. Le Figaro assure même qu'une action de groupe se prépare aussi dans le milieu de la voyance.