Severstal intéressé par Florange?

  • A
  • A
Severstal intéressé par Florange?
Le sidérurgiste russe Severstal, propriété de l'oligarque Alexeï Mordachov, étudie le rachat des hauts fourneaux de Florange (Moselle) mis en vente par ArcelorMittal, croit savoir lundi le site internet des Echos, citant des sources concordantes.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le géant russe discuterait de la reprise du l'usine. Une source interne dément.

Un espoir pour les salariés de Florange ? D'après Les Echos paru mardi, le sidérurgiste russe Severstal serait, en effet, en discussion pour la reprise des hauts fourneaux de Lorraine. Mais d'après une source proche du dossier, citée par l'agence Reuters, il ne s'agit que de "rumeurs et spéculations". Le directeur général du groupe et principal actionnaire, Alexeï Mordachov, a d'ailleurs déclaré le mois dernier que la période ne se prêtait ni à des investissements ni à des acquisitions majeures en cash.

Mais d'après Les Echos, Severstal a bel et bien "entamé des discussions il y a deux semaines environ". Un représentant de la société russe se trouverait même actuellement en Moselle. "Pour l'heure, l'intérêt de Severstal pour Florange suscite quelques réserves en Lorraine et à Moscou", assurent Les Échos. Le quotidien économique précise que deux autres candidats sont sur les rangs, sans dévoiler leurs noms.

Ancien propriétaire d'Ascometall

Severstal, contrôlé par le milliardaire Alexeï Mordachov, est spécialisé dans l'acier destiné au secteur automobile et à l'électroménager. En 2006, le groupe avait subi un cuisant échec lors d'une tentative de fusion avec Arcelor, qui lui avait préféré l'indien Mittal. Arcelor s'était à l'époque inquiété de l'ambition du russe, soupçonné de vouloir prendre le contrôle sur lui. Severstal est aussi connu en France comme l'ancien propriétaire d'Ascometall, qui emploi 2.200 personnes en Hexagone. Le groupe russe l'a cédé en 2010 au fonds d'investissement américain Apollo, qui préparerait aujourd'hui un plan de 300 suppressions de postes selon la CFDT.

Le groupe ArcelorMittal a confirmé au début du mois d'octobre la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux de Florange à l'arrêt depuis 14 mois. Cette décision concerne directement 629 des 2.500 salariés. Le gouvernement avait obtenu de Lakshmi Mittal, le patron d'ArcelorMittal, un délai de 60 jours début octobre pour trouver un repreneur des hauts-fourneaux de Florange, condamnés en raison de la mauvaise conjoncture en Europe.

>> LIRE AUSSI : Florange, la fin des hauts fourneaux