Ségolène Royal propose de "taxer" Total

  • A
  • A
Ségolène Royal propose de "taxer" Total
Partagez sur :

L’ex-candidate socialiste a précisé mardi son projet alternatif à la taxe carbone telle qu’elle a été présentée par le gouvernement.

Ségolène Royal a jeté un pavé dans la mare en fin de semaine dernière en exigeant du gouvernement qu’il retire son projet de taxe carbone. Mardi, l’ex-candidate socialiste à la présidentielle, démonstration pédagogique à l'appui, a détaillé son propre plan en matière de fiscalité écologique. Principale mesure : il faut "faire contribuer les compagnies pétrolières et énergétiques à la mesure des profits qu'elles réalisent, du fait de la consommation d'énergie fossile". Dans la ligne de mire de Ségolène Royal : le groupe Total.

Rappelant que certains ménages n’avaient pas d’autres choix que d’utiliser leur voiture, l’élue socialiste a aussi proposé de mettre en place un "plan massif de développement des voitures électriques". La présidente de la région Poitou-Charentes s’est affichée à de nombreuses reprises au cours des derniers mois aux côtés des salariés d’Heuliez, porteurs d’un projet de voiture électrique et menacés de licenciements.

Sur le plan politique, Ségolène Royal s’est réjouie d’avoir "levé la chape de plomb, la loi du silence" sur le sujet, y compris au PS. Au passage, elle a critiqué la position défendue ce week-end à La Rochelle par Martine Aubry estimant que la base de son projet restait un "impôt".

Ségolène Royal a enfin adressé une pique à Cécile Duflot. "La démagogie, c'est se repeindre en vert à bon compte", a lancé la socialiste en réponse aux critiques de la numéro un des Verts. Pascal Canfin, un député européen d'Europe-Ecologie, a tenté de clarifier le débat en proposant de créer une "autre taxe carbone", via un "chèque vert" distribués aux ménages et qui permettrait de compenser intégrale l’impôt.

Au-delà de la mise en place de la taxe carbone, son mode de fonctionnement, et notamment la façon dont ses fruits seront redistribués, n’est pas encore arrêté. Eric Woerth, le ministre du Budget, a dévoilé deux nouvelles pistes mardi : "la feuille d'impôts ou la feuille de salaire". Le projet devrait être présenté fin septembre en conseil des ministres.