Sécheresse : l'appel des agriculteurs à la SNCF

  • A
  • A
Sécheresse : l'appel des agriculteurs à la SNCF
Xavier Beulin a lancé un appel à l'aide vendredi sur Europe 1.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Xavier Beulin, président de la FNSEA, demande l’aide de la SNCF, de l’Etat, et des banques.

La moitié des départements français, 50, est désormais concernée par un arrêté préfectoral limitant l'usage de l'eau et cinq sont en vigilance, selon le dernier point du ministère de l'Ecologie au 26 mai. Pour Xavier Beulin, patron de la FNSEA, la situation "est dans doute plus grave qu’en 1976", printemps de référence en matière de sécheresse.

Pour tenter d’endiguer les conséquences du manque de pluie, le patron du principal syndicat agricole a lancé un appel à l’aide, vendredi sur Europe 1. Un appel en trois directions : l’Etat, la SNCF, et les banques. "Chacun doit participer à l’effort", a argué Xavier Beulin.

Du fourrage acheminé en train ?

A Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, il a demandé "d’aider les agriculteurs à transporter des pailles et des fourrages", en "mettant des trains à disposition". Pailles et fourrages, destinées à nourrir les animaux des éleveurs en crise, seraient surtout acheminés "du nord vers les régions du centre ou du sud de la France", a-t-il précisé.

Outre l’aide de l’Etat, à qui la FNSEA demande une enveloppe budgétaire exceptionnelle, Xavier Beulin plaide également pour un effort des banques, afin qu’elles "mettent à disposition des prêts de trésorerie" pour les agriculteurs.

La crainte d'une dévaluation de la viande

Les éleveurs, dans l’incapacité de vendre leurs bêtes, se voient contraints de vendre leurs animaux. En ce moment, les abattoirs travaillent deux à trois fois plus qu’à l’accoutumée, ce qui risque de dévaluer la viande, bovine principalement.

Enfin, Xavier Beulin demande l’indulgence des écologistes, pour pouvoir construire des réserves d’eau au milieu des terres agricoles. Le stockage d’eau se ferait donc en hiver, et l’eau serait disponible au printemps. La FNSEA souhaiterait "en rediscuter avec les associations".